Augustin Matata affirme faire l’objet des menaces de mort de la part des cadres de la coalition au pouvoir en RDC

Dans un communiqué publié ce vendredi 5 janvier, l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo affirme être victime d’un “harcèlement politique” au sein de la coalition au pouvoir où il est membre.

Je porte à l’attention de la communauté nationale et internationale que, depuis près de cinq mois, je fais l’objet d’un harcèlement politique et des menaces de mort de la part de certains opérateurs politiques de la majorité présidentielle et de mon parti, le PPRD, particulièrement ceux de la province du Maniema“, dénonce-t-il dans ce communiqué parvenu à POLITICO.CD. 

Ces harcèlement et menaces de mort se sont accentués juste après la désignation du candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à l’élection présidentielle, dont le processus est en cours de finalisation“, fait-il remarquer. 

L’ancien Premier ministre affirme qu’il lui est notamment reproché:  “de n’avoir pas soutenu la candidature de l’Honorable Emmanuel Ramazani Shadary; d’avoir tenu des critiques sévères contre ce dernier ; de soutenir tantôt la candidature de monsieur Félix Tshisekedi, tantôt et surtout celle de monsieur Martin Fayulu.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD. 

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Un avion affrété par la CENI s’écrase à quelques kilomètres de Kinshasa

Alors que la RDC était arrêtée au palais du peuple où le…

Jean-Pierre Bemba se dit “révolté et consterné” par la répression contre Martin Fayulu

L’ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba, l’un des alliés principaux de l’opposant Martin Fayulu, accuse la Garde Républicaine d’avoir “tiré à balles réelles” ce mardi à Lubumbashi.