Tôt le matin, une centaine de “mamans” s’étaient rassemblées devant le gouvernorat provincial, cherchant à rencontrer  le gouverneur Célestin Pande afin de plaider le cas de l’opposant Moïse Katumbi que les autorités ont refusé qu’il regagne le pays la semaine dernière. 

Presqu’au même moment, dans la commune de Kapemba, un peu plus au sud, des tirs ont éclaté. Ses des témoins des dizaines de partisans de Moïse Katumbi tentaient de descendre dans la rue pour manifester avant que les forces de l’ordre n’interviennent. 

D’autres manifestants ont été également dispersés au centre-ville, où des tirs ont créé une situation de panique. “Nous avons entendu des rafales d’armes, les gens fuient dans tous les sens, j’ai vu même des militaires commencer à investir la ville“, explique un des passants aux journalistes de POLITICO.CD. 

Vers le sud, à Bongonga, des “tirs à l’arme lourde sont entendus”, confient plusieurs sources dans la ville. Des images diffusées sur internet montrent des colonnes des partisans chantant en la gloire de Moïse Katumbi un peu partout dans la ville.