Au total, 300 parlementaires de la majorité présidentielle répliquent à la lettre ouverte adressée au président de la république par 50 députés et sénateurs de l’opposition.

Dans un document signé en date du 26 juin dont une copie est parvenue à la rédaction dr Politico.cd, 300 députés et sénateurs réagissent à la lettre de leurs collègues de l’opposition adressée au président Joseph Kabila au sujet des poursuites judiciaires contre Moïse Katumbi.

Dana leur réplique, ces parlementaires dénoncent à leur tour un manque d’estime à l’égard du pouvoir judiciaire du pays. Selon eux, la constitution du pays ne reconnaît aucun droit au président de la république d’empêcher l’instruction d’un dossier déjà déféré devant les juges. Ils ajoutent que les députés et sénateurs signataires de la lettre ouverte ne représentent qu’une minorité, soit 1/12 de membres du parlement.

En effet, le 25 juin dernier 50 députés et sénateurs membres de l’opposition ont adressé une lettre ouverte au président de la République dénonçant les poursuites judiciaires qu’ils qualifient d’acharnements contre Moïse Katumbi. Ceux rappelaient dans cette correspondance, que Moïse Katumbi, candidat déclaré aux prochaines élections présidentielles est “victime d’un acharnement” de la part du gouvernement, qui selon eux traduit “la violation de la constitution, l’abus du pouvoir et la privatisation de l’État”.

Ils rappelaient également que ces poursuites judiciaires ne sont pas conformes aux accords de la Saint Sylvestre signés entre le gouvernement, l’opposition et la société civile sous l’égide de l’église catholique.