Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min

Fidh fustige « le harcèlement judiciaire et la détention arbitraire » de militants de Filimbi et Lucha

Dans une correspondance datée du 19 avril 2018 dont Politico.cd s’est procuré une copie , adressée au président Joseph Kabila avec copie au premier ministre Bruno Tshibala, et à plusieurs ministres, le programme conjoint de la fédération internationale des ligues des droits de l’homme(Fidh) et l’organisation mondiale contre la Torture(Omct) déplorent le harcèlement et détention arbitraire des militants de mouvements citoyens Lucha et Filimbi.

L’observatoire invite les autorités précitées à mettre un terme à toute forme de harcèlement, y compris au niveau judiciaire, à l’encontre de Mino Bompomi, Carbone Béni wa Beya, Cédric Kalonji, Palmer Kabeya , Grâce Tshunza, Jedidia Mabele , Zacharie Kingombe et Andy Djuma ainsi que l’ensemble des défenseurs des droits de l’homme en RDC.

Pour rappel, ces activistes ont arrêtés par les services de sécurité alors qu’ils participaient à une manifestation Pacifique appelant la population à adhérer à l’appel du comité Laïc de coordination(CLC) ,pour la marche du 31 décembre 2017 , pour exiger l’application de toutes les dispositions nécessaires de l’accord du 31 décembre 2016.

Le 13 avril 2018, le ministère public a requis une peine de trois ans d’emprisonnement et une amande de 1000.000 fc pour dommages et intérêts pour l’état Congolais à l’encontre de Jedidia Mabele , Zacharie Kingombe et Andy Djuma qui comparaissaient devant le tribunal de Paix de Makiso , la province de la Tshopo, pour l’incitation à la révolte.

En effet, le tribunal dispose d’un délai de huit jours pour se prononcer.

Kerima

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...