“On ne peut avoir les élections crédibles avec le président Joseph Kabila à la tête du pays”

Pour lui, tous les signaux montrent que quelques Congolais pensent aux élections, mais le président Kabila et sa famille politique ont un autre agenda. “Les gens peuvent dire que nous sommes pessimistes, mais dans quelques mois, la vérité sera connue“, promet  Me Jean-Claude Katende.

À en croire le président national de l’Association africaine de défense des droits de l’homme, on ne peut avoir les élections crédibles avec le président Joseph Kabila. Ce qui pousse cet avocat défenseur des droits de l’homme à s’inspirer d’autres pays d’Afrique où la population a réussi à imposer le changement démocratique, pour préparer la mise en place d’une transition sans Kabila.

La mobilisation des partis politiques de l’opposition, avec en tête l’honorable Martin Fayulu, les organisations des droits de l’homme dont l’Asadho, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), le Cardinal Laurent Monsengwo, les universités avec l’infatigable Professeur André Mbata, les mouvements citoyens Lucha et Filimbi, a milité pour l’échec de tentative du président Kabila et sa majorité de modifier la Constitution“, se réjouit-il.

Kerima

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.