Les autorités congolaises tuent Frank Diongo à petit feu (avocat)

3
1112

Dans une lettre datée du 6 septembre et adressée au Haut commissariat de l’ONU aux droits humains, Georges Henri Beauthier, avocat au barreau de Bruxelles et défenseur judiciaire de l’opposant congolais Frank Diongo accuse les autorités congolaises de mener des actions visant à porter atteinte à la vie du député Frank Diongo.

« Vu les événements vécus par mon client depuis son arrestation en 2016, il m’est difficile de voir dans l’attitude des autorités qui assurent sa garde autre chose qu’une intention criminelle visant à le faire mourir à petit feu » écrit l’avocat.

Pour cet avocat, les interruptions de soins du président du MLP et son retour forcé dans la cellule de Makala constitue un acte de torture.  » Depuis son retour forcé dans la prison de Makala, l’état de Mr. Frank Diongo continue à se dégrader » alerte son défenseur judiciaire, soulignant que ce dernier soufre de troubles de vision, de maux d’estomac aigus, de pertes de sang lors de vomissements.

« Il souffre de troubles d’asthme qui ne sont pas traitées » note la lettre de cet avocat, lançant un SOS au groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut Commissariat de l’ONU aux droits humains de se pencher sur ce dossier.

Précisant que le cas de Frank Diongo n’est pas la seule atteinte aux droits des politiciens de l’opposition Congolaise en vue de les réduire au silence face à la crise électorale actuelle, Georges Henri Beauthier préconise une interpellation urgente des autorités Congolaises sur le cas Frank Diongo et d’autres détenus politiques, actuellement soumis aux traitements dégradant suite aux événements (attaques et évasion) qui ont eu lieu ces derniers mois dans la prison de Kinshasa.

3 Commentaires

  1. Les gens doivent faire très attention,car ce qu’ils font aujourd’hui aux autres congolais au profit des étrangers tout simplement pour privilégier leurs propres intérêts, ils subiront les mêmes sorts.. qui se sert de l’épée perira de l’épée. Dieu libere ton peuple…

  2. CRUEL et INACCEPTABLE pour ce tres digne fils du Pays!

    Le commanditaire de ce CRIME, le « kadogo » Rwando-Tanzanien se cabrant dans le sang a Kingakati et son bourreau Kalev Mutond en paieront cher, et bientot !

Comments are closed.