L’UDPS accuse le pouvoir d’effacer les traces des crimes au Kasaï « en vidant les fosses communes »

0
908
Photo d'illustration.

L’actuel leader de l’UDPS a dressé le bilan de la situation tant politique que sécuritaire du pays.

Ainsi, sur le plan sécuritaire, Jean-Marc Kabund a dénoncé « les crimes commis par les milices telles que les  Bana Mura » au Kasaï, lesquels, selon lui, sont soutenus par le pouvoir et ont déjà coûté la vie « à plus de 5000 congolais sans oublier les 30 milles réfugiés en Angola et le 1.5 milion des déplacés internes. »

Ici, l’UDPS a déploré le chiffre « effrayant » de 42 fosses communes découvertes: « nous demandons aux enquêteurs internationaux indépendants de faire diligence car, selon les informations en notre possession, le pouvoir est en train d’effacer les traces en vidant les fosses communes, » lance M. Kabund.

Sur le plan économique, le parti a dénoncé le marasme que connaît l’économie du pays.

 

L’autre point important de cette conférence de presse, c’est aussi le retrait par l’UDPS « de sa confiance aux institutions et au président de la république« , avec comme conséquence l’appel aux congolais et aux partenaires internationaux de ne plus reconnaître Joseph Kabila comme Chef de l’Etat congolais.

Avant cette annonce, Jean – Marc Kabund a désigné le Président de la Pépublique comme principal responsable de l’insécurité  sur toute l’étendue du territoire national.

Aline ENGBE.