La présidence du CNSA revient au Rassemblement de Félix Tshisekedi, estime la CENCO

2
916

Au sujet du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), dont la présidence est disputée au sein de l’opposition, avec notamment la duplication du Rassemblement, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) estime que la médiation catholique n’a eu affaire qu’à une seule délégation, et c’est celle représentée par Félix Tshisekedi.

« La CENCO n’a pas eu à traiter avec deux Rassemblement. Quand bien même il y avait des fissures au sein du Rassemblement, toutes les fois que la CENCO les a reçu, ils étaient tous ensemble, sous la conduite de Monsieur de Félix Tshisekedi. Donc je crois que si on approche le Rassemblement [pour la désignation du président du CNSA] dans le format auquel il s’est présenté au Dialogue, le problème [de la désignation] ne se poserait pas« , a répondu l’Abbé Donatien Nshole.

Néanmoins, le président Joseph Kabila avait, durant son discours du 5 avril dernier devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, déclaré confier l’épineuse question du Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre et du processus électoral (CNSA) au Parlement congolais qui devrait créer une loi sur cette question.

Des sources proches de l’hémicycle rapportent à POLITICO.CD qu’une proposition de loi portant organisation et fonctionnement a été déposée à l’Assemblée nationale « durant » de la semaine qui prend fin. Son étude devrait alors commencer. Mais aucune date n’a été communiquée sur sa promulgation.

La question de la présidence de cette institution a été un des blocages majeurs ayant conduit à l’échec de la facilitation de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), aux discussions autour de l’arrangement particulier pour l’application de l’accord signé le 31 décembre entre la Majorité et l’Opposition.  Joseph Kabila avait alors repris l’initiative, promettant de « tout faire » pour conduire à l’application de cet accord.

2 Commentaires

  1. Dans Pays Pays sans institutions KABILA va contacter un Parlement. Il n’est plus Président,il n’y plus de gouvernement,pas de sénat,pas d’assemblée nationale,pas de parlement. Il est président aux termes des accords de la CENCO.Comme il a violé ces accords,il n’est plus Président. Le pouvoir appartient au peuple selon l’article 64. Et,ce peuple a confié le pouvoir à FELIX TSHISEKEDI.

Comments are closed.