Formation du gouvernement Tshibala: les pro-Badibanga et pro-Kamerhe à couteaux tirés

3
957

Le Chef du gouvernement en gestation s’est retrouvé face à deux listes des signataires de l’accord de la cité de l’Union africaine, confie une source proche de Bruno Tshibala.   « La première est celle qui est composée essentiellement des membres du gouvernement Badibanga. La deuxième est celle dont les membres ont pris part aux travaux de la CENCO avec comme chef de file, Vital Kamerhe« , explique-t-elle.

Les deux « formations » sont pourtant issues de la même composante des signataires de l’accord du 18 octobre dernier à la Cité de l’Union Africaine.  Visiblement embarrassé, Bruno Tshibala, selon notre source, n’exclut pas la possibilité de recourir au Chef de l’État pour arbitrage.

Justin Bitakwira, porte-parole des opposants signataires cet accord, et proche de Samy Badibanga affirmait, dernièrement dans les médias, qu’ils doivent être considérés comme une plateforme à part entière.

Au sortir des échanges avec Bruno Tshibala la semaine dernière, Vital Kamerhe, leader des opposants signataires de l’accord du 18 octobre, déclarait qu’il ne se contentera pas d’un rôle secondaire. « Vital Kamerhe veut se tailler, pour sa composante, la part du lion. Et au même moment ceux de Badibanga veulent faire la même chose, c’est totalement fou« , s’alarme un proche de Tshibala.

Samy Badibanga a été choisi contre tout attente pour diriger un gouvenement d’union nationale en novembre dernier, conformément à l’accord dit de la Cité de l’Union Africaine, à la place de Vital Kamerhe, qui dirigeait l’opposition qui a pris part à ces discussions.

« Au Chef de l’État d’arbitrer et de mettre fin à cette espèce de bicéphalisme, comme le souhaite d’ailleurs Bruno Tshibala« , ajoute notre source qui a requis l’anonymat.

3 Commentaires

  1. tout est dit , ce sont des râpasses , ces politiciens , aujourd’hui on est plus sûr d’avoir le pouvoir si on est à l’opposition qu’à la majorité. Le combat doit être les élections et non les postes ministériels à courte durée , nos opposants aventuriers.

  2. Bruno s’en remet au chef de l’Etat = signe d’incapacité de gérer et d’assumer. Mr si vous êtes un irresponsable votre place n’est pas là. Alors permettez moi de ne pas croire en vous

Comments are closed.