13 mars 1991: la nomination de Mungul Diaka échauffe les esprits au Zaïre

10
1675

Au Zaïre du Maréchal Mobutu Seke Seko, des troubles violents et des émeutes éclatent à Kinshasa et Lubumbashi, à l’annonce de la nomination du nouveau Premier ministre, Mungul Diaka que les opposants de l’Union sacrée traitent de félon.

Comment attendue, la nomination intervenue tard dans la soirée du mercredi 13 mars, de Bernardin Mungul Diaka comme Premier ministre n’a pas ramené le calme au Zaïre, loin s’en faut. De nouvelles émeutes ont éclaté à Kinshasa où des blindés étaient postés aux principaux carrefours. Des opposants ont dressé des barricades et incendié des autobus. Une maison (inoccupée) appartenant au président Mobutu a été mise à sac. Les soldats zaïrois qui ont tenté de ramener l’ordre ont eu la main lourde, faisant plusieurs blessés.

Fait surprenant, les journaux radio et télévisés de jeudi soir ont été présentés par des militaires, qui se sont substitués aux journalistes en grève et ont passé sous silence les prises de position de l’opposition hostiles à Mungul Diaka…

Bien que surveillée par la garde spéciale présidentielle, la résidence du nouveau Premier ministre était, dès mercredi soir, entourée d’opposants mécontents. Tout en réaffirmant hier leur ferme soutien et leur confiance totale à Étiennne Tshisekedi, révoqué lundi par Mobutu, les leaders de l’Union sacrée de l’opposition ont en effet condamné la félonie dont M. Bernardin Mungul Diaka s’est rendu coupable en se faisant nommer Premier ministre alors qu’il était coauteur de la motion de confiance et de soutien de l’Union à M. Tshisekedi élaborée moins de 24 heures avant.

L’Union sacrée s’est d’ailleurs déclarée déterminée à poursuivre la lutte pour le change-ment que le peuple attend à travers la conférence nationale véritablement souveraine. Elle proclame la reconduction de M. Tshisekedi dans ses fonctions, ainsi que celle de son gouvernement.

Quatrième Premier ministre depuis le début de l’année après Lunda Bululu, Mulumba Likoji et Étienne Tshisekedi, M. Mungul Diaka, qui a déclaré n’avoir accepté sa nomination qu’à condition d’avoir toute liberté pour choisir ses ministres, devait commencer hier ses consultations.

À Lubumbashi également, les désordres se sont poursuivis. Selon Médecins sans frontières, les troubles de cette semaine ont fait au moins 17 morts et 120 blessés graves parmi la population zaïroise. Il n’y aurait cependant pas eu de massacre systématique, mais bien une multiplication d’«accidents» divers: coupures, électrocutions ou blessures mortelles par balles.

Moi qui voulais écrire un éditorial en rapport avec la nomination ce soir de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre, j’ai finalement été devancé par cette brève de l’agence Belga, publiée le 15 mars 1991. Comme quoi, l’Ecclésiaste, fils de David, Roi de Jérusalem, tient à tout prix à avoir raison: l’histoire est un éternel recommencement.

Néanmoins, il est clair que Joseph Kabila, qui s’est visiblement inspiré de la tactique Mobutiste, ne fait pas face à la même ampleur d’opposition. Ni grève et encore moins unions sacrée auront tenté de barrer la route à l’autorité morale de la Majorité Présidentielle, qui file droit vers un victorieux anéantissement de l’opposition congolaise. Le peuple? Revenez plus tard, il fait sa sieste.

Litsani Choukran,
Le Fondé.

10 Commentaires

  1. Le peuple congolais de la partie ouest de la RDC, particulièrement celui de la ville et province de Kinshasa est responsable de ce malheur actuel. Avec des multiples guerres d’occupation et de la colonisation de la RDC par les voisins de l’Est, ni t’était la résistance du peuple de cette partie de l’Est de la RDC, le pays serait partie ou divisé sous la complicité de la communauté internationale. Le peuple de l’Est reste l’unique et le dernier jouer de la RDC pour entrer dans la danse afin de marquer l’unique but de la victoire Congolaise. Attendez voir cela vous kinois avec vos BILOBALOBA, vos … Mais attention, car nous avons pitié de vous traites kinois.

    • Et les autres qui sont allés prendre l’argent de même Kabila nuitamment en Europe ne sont ils pas des traitres ….soyons objectifs.
      Tous ont vraiment trahis ??? depuis Prof LIHAU jusqu’a Valentin Mubake en passant par Moleka , Betchika, Mutanda …
      Soyons sérieux ….
      Nous , nous connaissons l’HISTOIRE….
      Ne manupilez pas l’opinion….

  2. Avec cette classe politique que nous avons ici chez nous, je ne dirai qu’une seul phrase :
    « Ce pays n’a pas de chance! »

  3. L’histoire ne trompe jamais si réellement Tshibala représente ya munguvu aujourd’hui restons calme voyons la fin où est Mubutu,kabila le père? Alors nous donnerons raison à l’histoire

  4. Chers TOUS
    Quand on suit les interventions des fanatiques des Tshisekedistes, on se demande qui finalement n’a pas été traitre à l’UDPS.Tous, sauf Tshisekedi lui même.
    Messieurs de l’UDPS,qui est finalement resté ? Vous avez chassé tout le monde.
    Messieurs de l’UDPS, attendez les élections pour avoir la vraie legimité et non à travers des combines politiciennes….
    Tout le monde pensait que vous ne dialoguiez pas avec les autres pour les POSTES….Mais hélàs ….Vos masques sont aussi tombés…

  5. En occident, les traîtres et collabo Congolais se cachent de peur d’être lynché. En revanche, en RDC, ils se promènent tranquillement jusqu’à narguer le peuple miséreux et destinataires des fonds volés. Cherchez l’erreur.

Comments are closed.