La Lucha demande à Samy Badibanga de renoncer à sa nomination

Deux jours après son discours sur l’état de la nation, Joseph Kabila a nommé jeudi Samy Badibanga au poste de Premier ministre. Ce dernier fait partie des opposants qui ont participé au dialogue politique à Kinshasa.

Dans cette lettre, la Lucha rappelle à Samy Badibanga son opposition jadis au Dialogue politique dont est issus les accords cédant la Primature à l’Opposition.

Nous aurions aimé vous en féliciter, et nous en féliciter nous-mêmes, d’autant plus que vous avez toujours dénoncé les manœuvres intentionnelles pour ne pas organiser les élections, les atteintes aux libertés publiques, les crimes incessants et impunis contre les congolais (..) comme vous n’avez cessé vous-même de le rappeler, le second et dernier mandat constitutionnel du président de la République de qui vous tenez la nomination prend fin le 19 décembre 2016. C’est dans 32 jours seulement!”déclare la Lucha dans cette lettre publiée peu après la nomination, par décret présidentiel, du président du groupe parlementaire UDPS et Alliés.

En effet, Samy Bandibanga s’est longtemps opposé au Dialogue politique en République démocratique du Congo et à la prolongation du mandat du président Joseph Kabila au-delà de la limite constitutionnelle.

Nous voulons le dialogue, mais à certaines conditions : le pouvoir doit au préalable s’engager à respecter la Constitution, en ce qui concerne notamment la durée et le nombre des mandats. Nous souhaitons également que soit nommé un médiateur neutre, qui superviserait le processus. Or ce n’est pas ce que le pouvoir propose“, déclarait M. Badibanga en février dernier sur Jeune Afrique.

Pour la Lucha, Samdy Badibanga ne pourra jamais élaborer un programme gouvernement sur base de l’accord politique issu du Dialogue.

“Même avec toutes les compétences et toute la volonté du monde, vous auriez à peine le temps de composer un cabinet et d’élaborer un programme de gouvernement. Vous le savez très bien, le prétendu +accord politique+ du 18 octobre 2016 n’a aucune valeur supra-constitutionnelle pour vous donner éventuellement plus de temps”, explique la Lucha.

Si vous tenez toujours au bien de la RDC et des Congolais ; si vous croyez toujours aussi fortement aux vertus de la démocratie et de l’alternance politique pacifique ; si vous n’avez pas hypothéqué la nuit dernière votre dignité et votre probité au nom de nous ne savons quel appât ; alors renoncez à cette nomination !” demande ce mouvement citoyen au nouveau Premier ministre. 

5 commentaires
  1. Comme il est passé par l’école de Tshisekedi, cela ne sera pas une surprise. celui-ci avait accepté d’être nommé comme premier ministre par le Président Mobutu, et il avec la pression de ses fans, il a biffer une mention sur l’ordonnance le nommant. Tshisekedi avait même menti qu’il n’avait pas été consulté avant sa nomination.

    1. Lorsqu’on intervient dans les faits historiques il faudrait bien argumenter car ici tu confonds deux faits historiques et tu fais le télescopage. Tu confonds lorsque Étienne tshisekedi avait renoncé à sa nomination par le défunt maréchal et ce suite aux pressions de la rue et la cérémonie de la nouvelle nomination du Palais de marbre lorsqu’il avait biffe, avec raison , la mention de rapportant à l’article 42 de la constitution selon lequel le président nomme et révoque le premier ministre et les membres de son gouvernement….Mobutu n’avait pas le droit car il était hors mandat. Contrairement à Kamerhe qui a tout donné à Kabila un blanc seing de glisser éternellement , sine Die, sans contre partie ni garde fous même le droit de nommer un premier ministre de la transition et les membres du comité de suivi de l’accord du camp tshatshi. C’est du jamais vu et du pain béni pour l’imposteur et tout cela il croyait devenir ministre wa yambo c’est raté à cause de sa traîtrise et sa déloyauté et vital c’est un renégat et il s’est décrédibilise jamais . Merci pour cette contribution.

    2. Lorsqu’on intervient dans les faits historiques il faudrait bien argumenter car ici tu confonds deux faits historiques et tu fais le télescopage. Tu confonds lorsque Étienne tshisekedi avait renoncé à sa nomination par le défunt maréchal et ce suite aux pressions de la rue et la cérémonie de la nouvelle nomination du Palais de marbre lorsqu’il avait biffe, avec raison , la mention se rapportant à l’article 42 de la constitution selon lequel le président nomme et révoque le premier ministre et les membres de son gouvernement….Mobutu n’avait pas le droit car il était hors mandat. Contrairement à Kamerhe le dialogue était de permettre à l’homme de kingakati le glissement et vital a tout donné à Kabila un blanc seing de glisser éternellement , sine Die, sans contre partie ni garde fous même le droit de nommer un premier ministre de la transition et les membres du comité de suivi de l’accord du camp tshatshi. C’est du jamais vu et du pain béni pour l’imposteur et tout cela il croyait devenir ministre wa yambo c’est raté à cause de sa traîtrise et sa déloyauté et vital c’est un renégat et il s’est décrédibilise a jamais . Merci pour cette contribution.

  2. Félicitations aux premier Ministre Samy Badibanga.
    Cette nomination est le fruit de son grand travail pour la patrie. Nous lui souhaitons un long et fructueux mandat au service de la Nation Congolaise.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.