PUBLICITÉ

Evariste Boshab et plusieurs autorités de nouveau à Beni

EvaristeBoshab est accompagné d’une délégation du gouvernement composée entre autres du Ministre de la Défense CrispinAtamatabe, du Vice-gouverneur de la province du Nord Kivu, Feller Lutaicherwa.

Le Ministre Boshab  a été accueilli à l’aéroport de Mavivi par le Commissaire général de la Police Nationale Congolaise (PNC) Charles Bisengimana et par  le chef d’Etat Major des FARDC, le Général Didier Etumba,  tous à Beni pour une mission de travail.

- Publicité-

Pour le Vice-premier ministre et ministre  de l’intérieur et de la sécurité, sa mission dans la province du Nord Kivu, précisément à Beni et Butembo est « d’évaluer de les mesures sécuritaires prises
par la chef de l’Etat en vue de la protection de la population« .

Ecoutez Evariste Boshab.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/281518673″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Dans la nuit de samedi à dimanche 14 août 2016, au moins 51 civils ont été tués par des hommes armés à Béni. Un deuil national dans toute la RDC a été proclamé après cette tuerie. Ce nouveau massacre a été attribué à des rebelles musulmans ougandais.

Accompagnant le Premier ministre August Matata Ponyo dans la ville en août dernier, où une forte délégation gouvernementale s’y était rendue trois jours après ce massacre, le Ministre Evariste Boshab avait réitéré la thèse des « attaques terroristes ».

Le gouvernement congolais continue d’affirmer que les attaques attribuées aux rebelles de l’ADF dans l’Est du pays est une oeuvre d’un « groupe terroriste » .

Dans une déclaration diffusée par le site Cas-info.ca, après sa visite de Beni, le ministre Evariste Boshab annonçait la préparation d’une « riposte » de la part du gouvernement.

 

 

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU