En séjour en Belgique depuis ce 16 septembre 2019, le président de la République Félix Tshisekedi a accordé une interview à la presse belge, au cours de laquelle il a été interrogé sur les enquêtes en cours dans l’affaire de 15 millions de dollars. Il a profité de l’occasion pour évoquer les autres enquêtes visant l’ancien ministre de la justice Oly Ilunga.

Pour Félix Tshisekedi, le dossier de 15 millions est “symphonique du changement intervenu” et “elle a été détectée par l’ANR, l’Agence nationale de renseignement”.

Depuis Félix Tshisekedi préfère entendre simplement les personnes impliquées sans chercher à interférer dans les enquêtes : “J’ai tenu à recevoir moi-même l’inspecteur général des Finances M. Batubenga car mon souci était de l’entendre à propos des menaces qu’il aurait rencontrées. Il m’a dit qu’il n n’en avait pas connu et qu’il avait transmis le dossier au Procureur, sans citer de nom. Je l’ai assuré de tout mon soutien et de ma confiance“, a-t-il déclaré.

Puisque ” le dossier est désormais entre les mains de la Justice et n’a plus rien à voir avec moi. Je ne peux donc plus me prononcer sur ce sujet. Je me bats pour un Etat de droit, pour l’indépendance de la justice et donc je ne mettrai pas mon nez dans ces histoires. Je ne veux pas être un dictateur et je laisse les institutions judiciaires faire leur travail en toute indépendance”.

Félix Tshisekedi s’est parenté à la presse belge comme “garant des institutions je me suis assuré du fait que l’inspecteur pouvait faire son travail dans de bonnes conditions. De la même façon, le dossier du Docteur Ilunga (l’ex ministre de la Santé) se trouve entre les mains de la Justice… Je n’ai rien à voir là-dedans“.

A ses yeux, ces deux dossiers sont pour lui une preuve que ” l’Etat de droit est en train de se mettre en place et je ne veux pas me mêler de ce qui n’est pas de mon ressort”.

Une déclaration qui corrobore les propos de son porte-parole qui a déclaré il y a 48 heures, que le président de la République laissait chaque service faire son travail et mettre ses conclusions à la disposition des instances compétentes.