Le président de la République Félix Tshisekedi séjourne au Japon depuis plus de 48 heures où il prend part à la septième édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, TICAD.

En marge de ces assises, il a accordé une interview au média japonais Asah Shimbun pour parler de son premier gouvernement composé à 40% des personnalités qui ont milité dans l’opposition d’où il vient.

” Près de 80% de membres de ce gouvernement n’avaient jamais été ministres. Parmi eux, il y a environ 40% qui ont milité dans l’opposition. Je sais quels étaient nos objectifs et quels sont les projets que nous formons pour le peuple “, a-t-il déclaré.

Ces personnalités, ensemble avec celles issues du camp du président honoraire Joseph Kabila, le FCC, n’auront pas beaucoup de marge de manœuvre pour faire échouer l’action gouvernementale selon le président de la République, car avant lui, il y a le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui est au contact direct avec eux, et dont la rigueur est une garantie aux yeux du président de la République.

“J’ai foi en cette équipe. Elle est conduite par quelqu’un qui a beaucoup d’expériences. Le premier ministre Ilunga est un homme de principe. J’ai eu à échanger avec lui, à le découvrir. Il a une maîtrise de son sujet. Il sait à quoi s’en tenir. Il a une vision qui s’inscrit dans la suite de la mienne. Je ne vois pas comment ce gouvernement peut échouer. Il va y avoir des objectifs à court et moyen terme qui seront fixés à chaque ministre, une sorte d’évaluation de leur rendement “, a-t-il poursuivi.

7 mois après son investiture, Félix Tshisekedi a signé l’ordonnance présidentielle portant nomination d’un gouvernement auquel seule près de 15% d’anciens ministres sont revenus.