Une vie, un début et une fin ! Voici la lampe qui s’est éteinte et dont l’idéologie incarne toute une jeunesse.

C’est aujourd’hui que le leader Maximo est enterré entre ciel et terre après des multiples hommages que lui ont rendu l’Afrique en général et la RDC en particulier. Merci ya tshitshi…

Arrivée à Kinshasa le 30 mai dernier, la dépouille mortelle d’Étienne Tshisekedi a été d’abord conservée dans la morgue de l’hôpital du cinquantenaire, avant d’être exposée du 31 au 1er juin au stade des martyrs de la Pentecôte.

Les congolais devaient lui rendre des hommages dignes de son rang, au regard de sa lutte pour la démocratie aujourd’hui concrétisée par l’avenue de son fils biologique mais également politique à la tête du pays, Félix Tshisekedi.

Organisation des obsèques

De ce point de vue, plusieurs personnalités Africaines mais également européennes ont été attendues à ces funérailles. Comme cela a été annoncé par le service de communication de la présidence, les 6 chefs d’États ont respecté leur parole en répondant présents à ces obsèques. Il s’agit donc des présidents, Edgar lungu de la Zambie, kagame du Rwanda, Gnassingbé du Togo, Sassou nguesso du Congo Brazzaville et Alpha Condé de la Guinée équatoriale.

Étienne Tshisekedi c’est un grand esprit !

Les autorités congolaises à leur tour n’ont pas manqué de témoigner le grand esprit du sphinx de limete qui est resté constant dans sa lutte le long de sa vie. Chacun l’a alors appelé par un sobriquet exprimant sa grandeur.

Pour Jean-Marc kabund actuel président intérimaire de l’udps, Tshisekedi c’est un grand esprit qui va demeurer à jamais au milieu des congolais, quant à Constant mutamba est un exemple à suivre pour la jeunesse congolaise, par ailleurs fils mukoko cadre de l’udps, voit cette disparition comme une victoire accordée au peuple, d’où les congolais doivent ressentir la joie en lieu et place du malheur. Il a profité de la même occasion pour inviter Félix Tshisekedi a valoriser par ses actes la lutte tant menée par son feu père.

C. T