Que va faire maintenant Marti Fayulu?

C’est à travers un tweet que Martin Fayulu a réagi tard dans la nuit à la prestation de serment historique de Félix Tshisekedi comme cinquième président de la RDC et surtout le premier à bénéficier d’un transfert pacifique du pouvoir. “Je suis en communion parfaite avec le Peuple congolais qui m’a élu Président de la République. Je demande aux uns et aux autres de respecter sa volonté, expression de sa souveraineté. Car, c’est lui seul qui confère la légitimité“, a-t-il dit

Mais l’opposant congolais est isolé. L’Union Africaine, l’Union Européenne, la France, les Etats-Unis, la SADC et plusieurs pays africains y compris l’Angola, l’Afrique du sud et le Kenya ont apporté leur soutien à Félix Tshisekedi depuis la confirmation de sa victoire par la Cour Constitutionnelle. A Kinshasa, beaucoup espèrent également tourné la page d’une crise qui a trop duré.

S’il s’obstine, Martin Fayulu est surtout guidé par la situation politique de ses alliés, principalement celle de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba. Les deux opposants semblent être disposés à se battre par tous les moyens.  Donc au mur, Martin Fayulu et ses alliés envisagent-ils une option armée? En tout cas, les déclarations et les sorties des proches de Katumbi et ceux de Fayulu, qui ne s’avouent toujours pas vaincus, malgré la prestation de serment de Félix Tshisekedi qui intervient jeudi, restent mystérieuses, faisant appel à une étrange “majorité silencieuse”.

Le silence du moment n’est pas le signe de l’acceptation & du renoncement encore moins celui de la soumission“, a mis en garde Olivier Kamitatu, bras droit de l’opposant Moïse Katumbi et Directeur de communication de la campagne de Martin Fayulu dans un tweet du 21 janvier.  “Il ne nous reste plus que la résistance sur pied de l’Art 64 de la Constitution” a renchéri de son côté Antipas Mbusa Nyamwisi, ex-chef rebelle, également allié de l’ex-gouverneur du Katanga.

Mbusa a toujours soutenu une option militaire face à Kabila. Dans une interview au média en ligne CongoLibere.com, il va un peu plus loin.  “Nous allons la mobiliser“, promet-t-il. “En outre, dans l’armée, beaucoup d’officiers pensent, à juste titre, que la situation actuelle n’est pas tenable. Or, Joseph Kabila, contrairement à ce qu’il croit, ne tient pas l’armée. Seule une poignée d’officiers dont l’autorité est aujourd’hui entamée lui sont véritablement fidèles. Joseph Kabila aurait tort de se montrer aussi serein. Je sais parle en connaissance de cause“, dit-il.

Par ailleurs, il promet d’une “exposition” du pays. “Le Nord-Kivu, dont un tiers des électeurs ont été écartés du scrutin (Beni ville et territoire, Butembo), a voté de façon écrasante pour Martin Fayulu. Là-bas, les gens n’acceptent pas la version officielle. Pas plus qu’ailleurs au Congo. L’explosion viendra inévitablement. Et elle sera à la hauteur de la déception“, promet-t-il.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD.