Willy Mishiki condamné à trois mois de prison et écarté de la course électorale

Alors qu’il a été condamné fin juillet dernier à neuf (9) jours de servitude pénale pour coups et blessures volontaires sur une femme cambiste à laquelle il devait de l’argent, Willy Mishiki, ancien vice-ministre de l’énergie au sein du gouvernement Samy Badibanga allait déjà recouvrer la liberté avant la date du 8 août, marquant la clôture de dépôt de candidatures à la députation nationale et à la présidentielle.

Des sources proches du tribunal de paix de de Goma ont révélé à POLITICO.CD que pendant que Willy Mishiki purgeait sa peine dans la prison centrale de Munzenze à Goma, ses avocats avaient interjeté appel de la décision du tribunal en vue d’obtenir l’acquittement de Willy Mishiki pour lui permettre de participeraaux élections.

“Willy Mishiki a été condamné à trois mois de prison et l’amande précédemment exigée a été réduite à l’issue de l’examen de cette requête” a dit à POLITICO.CD un juge du tribunal de paix de Goma.

Cette décision judiciaire met Willy Mishiki dans l’impossibilité de concourir aux élections législatives dont la réception de candidatures est déjà clôturée par la commission électorale nationale indépendante.

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.