Tout commence le 24 juillet en Belgique. A l’Hôtel Martin’s, à Bruxelles, quatre hommes politiques congolais vont se croiser. Il s’agit d’un côté, de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba et de son collaborateur Jean-Jacques Mbungani ; De l’autre, un autre couple, l’ancien ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba et l’ancien gouverneur de l’Equateur Jean-Claude Baende. L’instant, présenté classiquement, sera immortalisé par des photos sur les réseaux sociaux. Tout de suite, les rumeurs enflent : Kin-Kiey et Baende négocient avec Bemba. La réalité restera inconnue, mais pas si loin.

En effet, depuis son acquittement par la Cour Pénale Internationale le 8 juin dernier, Jean-Pierre Bemba est courtisé par Kabila, qui tente une accalmie avec son vieil opposant farouche. Selon des informations de POLITICO.CD, des émissaires ont même envoyés à Bruxelles au lendemain de la libération sous condition de Bemba pour « aplanir les différents ». Logiquement donc, Kin-Kiey et Baende seraient alors les deux Kabilistes en mission.

Mais en fait, la nuit de l’incident, le gouverneur Baende est interpellé. La haute autorité de la famille politique lui envoie des captures de ces photos sur « son whatasapp ». Dos au mur, le gouv’ s’explique, dans un long message adressé au Directeur de cabinet du Président Kabila, Mehemie Mwilanya, qui finira par fuiter sur internet. Et son contenu est un véritable bac à linges.

« C’est dommage qu’à votre niveau de responsabilité, on peut vous faire des faux rapports jusqu’à vous faire prendre des décisions qui nuisent parfois à la vie des gens, ce dont j’en souffre jusqu’à ce jour pour avoir été évincé de mes fonctions de gouverneur sur base des mensonges », balance Baende dans ce message qui sera finalement authentifié par la rédaction de POLITICO.CD.

L’ancien gouverneur nie en fait être allé sur place pour y rencontrer Bemba. Car si, sur les réseaux sociaux, Baende et son ami Kin-Kiey ont été présentés comme des émissaires, chez Kabila, ils passent, du moins Baende, pour un « traître ». Le gouverneur déchu et en errance dans la Kabilie n’est-il pas de même origine que Bemba ?

« Vous étiez bien informé que je voyageais le samedi pour l’étranger parce que je cherchais à vous rencontrer en vain depuis mon retour de Mbandaka.  En arrivant en Belgique pour raison de santé, mon ami et frère Kin-kiey, connaissant ma précarité,  m’a offert l’hospitalité de me loger à ses frais dans l’hôtel Martin’S non loin de sa résidence. Et c’est lui qui a payé mes titres de voyage et mes frais d’hôpital », révèle la suite du message de Baende. « Dans cet hôtel et, pendant mon séjour, je n’ai pas vu la présence de JP Bemba ni son ombre », insiste-t-il.

Attribuant la diffusion des photos à « pseudo journaliste combattan”, Baende va plus loin et se demande s’il n’a pas le droit de parler avec Bemba. « Est-ce qu’il m’est interdit de parler avec les acteurs politiques d’opposition ? Aujourd’hui les opposants qui me faisaient la guerre à l’Equateur parce que j’imposais le nom du Président de la République aux équatoriens, n’est-ce qu’ils partagent la table du Roi pendant que moi je suis relégué à l’estrade ? » interroge-t-il.

Dans la foulée, le gouverneur livre ses linges salles en public. « A cause du combat qu’ils me menaient à l’Equateur, toute ma vie sociale est déstructurée,  mes enfants étudient difficilement et je deviens dépendant de la bonne générosité de certains amis », dit-il en ajoutant : « Malgré cela je reste fidèle et loyal au Raïs. La trahison n’est pas ma nature. Le jour où je sentirai le besoin de quitter la MP, je prendrai ma liberté et je l’annoncerai le plus officiellement du monde. »