«Route Lwambo–Manono en passant par Mitwaba..déjà réhabilitée jusqu’à Kyubo, la où on faisait plusieurs semaines à l’aller, aujourd’hui on fait aller–retour dans quelques heures“. La phrase est celle du député Zoé Kabila Mwanza Mbala, qui tweete depuis Manono, un riche territoire de la province du Tangakyika, qui fait réputation grâce à ses ressources naturelles.

Sur place, le député national enchaîne des photos et des déclarations. Il prend notamment part à une inauguration bien étrange: la réhabilitation de la route nationale Kyubo — Manono qui relie plus de trois provinces à savoir, le Haut Katanga, le Haut Lomami et la Tanganyika. “Il faut féliciter le comité de sécurité..surtout les pour avoir rétabli l’ordre et la paix, aujourd’hui la population vague librement à ses occupations“, lance-t-il.

Etrange en effet, c’est très rare de voir le jeune frère du président prendre part à des tels travaux. La dernière fois qu’il a participé à une inauguration, c’était aux côté de son frère, le Chef de l’Etat, dans le Kongo Central, où il inaugurait un complexe hotelier dont il en était le promoteur.

Par ailleurs, la fièvre électorale monte en RDC, même si l’opposition continue toujours de poser des préalables à ces élections fixées au 23 décembre 2016. Du côté du pouvoir surtout, où on accuse les anti-Kabila “d’avoir peur” des élections, les formations politiques et des personnalités au pouvoir multiplient des actions sur terrain.

A Manono, Zoé Kabila est en fait chez lui. Il y a remporté une victoire écrasante aux legislatives de 2011. Par ailleurs, le ton employé et le timing de ces travaux démontrent une volonté de faire valoir des avancées dans ce coin du pays, dans un contexte pre-électoral, où les provinces issues du démembrement de l’ex-Katanga risquent d’être fortement disputées.

En effet, avec près de 6 millions d’électeurs et 74 siège de députés, dont Tanganyika (avec 15 sièges), Lualaba (avec 13 sièges), Haut-Katanga (avec 30 sièges), Haut-Lomami (avec 16 sièges), le Katanga sera au coeur d’une rude bataille électorale avec notamment le camp de Moïse Katumbi, qui se positionne de plus en plus comme principal challenger de la majorité au pouvoir.

Presqu’au même moment, du côté de Lubumbashi ou encore Kasumbalesa, c’est le président Kabila lui-même qui entre en jeu, multipliant des inaugurations, notamment celle de la construction d’un port à sec à la ville frontalière, ou encore celle du bâtiment officiel du gouvernement provincial.