Le CLC a tout d’abord condamné la détention depuis décembre dernier des activistes du mouvement citoyen Filimbi dont Carbone Beni, qui se trouve actuellement dans un état sanitaire critique.

Pour des raisons humanitaires, le CLC appelle le chef de l’État et le gouvernement de la République, de prendre les mesures qu’impose pareille circonstance en vue de libérer ces jeunes activistes” note le document parvenu à POLITICO.CD.

Concernant l’évaluation de l’exécution de mesures de décrispation et l’assainissement de l’environnement préélectoral, le CLC informe l’opinion publique informe l’opinion publique, tout en affirmant le caractère pacifique et non partisan de ses actions, une importante communication en temps opportun” averti le CLC.

Le comité laïc de coordination avait suspendu ses manifestations début mars, indiquant accordé aux acteurs politiques le temps d’harmoniser leurs vues pour la tenue des élections en décembre prochain.

La commission d’enquête mixte, composée du ministère Congolais de droits humains et des ONG de défense de droits humains, avait indiqué que les trois manifestations convoquées par les laïcs Catholiques avaient fait une dizaine de morts, plusieurs blessés et une centaine d’arrestations.

Les ONG de droits humains et la société civile déplore le fait que malgré la publication des éléments de l’enquête mixte aucune action judiciaire n’a été i initiée par la justice Congolaise.

Pour protester contre cette léthargie de la justice face à ce dossier, certaines organisations de défense de droits humains ont annoncé leur retrait de la commission d’enquête mixte suite à la non-application de recommandations des enquêtes préliminaires.

Fiston MAHAMBA