Quelques jours avant la tenue du congrès de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) le 30 et le 31 mars dernier à Kinshasa, Jean-Marc Kabund, alors Secrétaire général de ce principal parti de l’opposition en RDC, s’est vu offrir un marché avec le pouvoir congolais.

Il m’ont approché via une proche, me proposant un poste au gouvernement pour que je puisse suspendre le congrès. Ils ne voulaient pas voir le président Félix Tshisekedi succéder à son père“, explique-t-il exclusivement à POLITICO.CD.

Ces informations ont été corroborées par des sources proches de la majorité au pouvoir, sans toutefois donner plus de détails. Selon M. Kabund, après un premier refus, une autre rencontre entre lui et des émissaires du président Kabila lui a été proposée dans un restaurant au centre-ville.

Ce n’était pas la première fois. Nous sommes habitués à ce genre de situations. Moi, c’est qui m’importe le plus c’est la lutte. Le combat de l’UDPS est ma priorité, jamais je ne trahirait la mémoire d’Étienne Tshisekedi. Ils m’ont fait beaucoup de propositions mais j’ai refusé“, ajoute Kabund.

Le congrès de l’UDPS tenu à Kinshasa a vu Félix Tshisekedi succéder à son père Étienne Tshisekedi après une écrasante victoire durant une élection pour laquelle Kabund a refusé de se présenter. Quelques jours avant ce congrès, la dissidence de l’UDPS, dirigée par le Premier ministre Bruno Tshibala, a tenté de s’y opposer en attaquant Kabund en justice.

A 37 ans, Kabund a été nommé à ce poste 8 août 2016 par Étienne Tshisekedi, leader historique décédé le 1er février 2017 à Bruxelles. Il remplaçait alors Bruno Mavungu. Il a démissionné de son poste cet après-midi, faisant toutefois savoir sa disponibilité, alors que des rumeurs affirment que le Félix Tshisekedi pourrait le reconduire.