Pour GEC, la machine à voter a miné un processus électoral déjà controversé

Le Groupe d’étude sur le Congo a publié une analyse sur la machine à voter toujours rejetée par la classe politique notamment l’opposition; et les acteurs de la société civile. Une analyse qui va dans le sens d’encourager les positions de ceux-ci et de décourager la persistance de la CENI à utilisé cet outil qui multiplie des incertitudes et des inquiétudes quant à l’issue heureuse du processus électoral.

L’utilisation de machines à voter pourrait provoquer un chaos le jour des élections en raison de la possibilité de pannes, d’un électorat qui n’a pas été éduqué sur l’utilisation des machines et du temps insuffisant alloué à chaque électeur“, avancent ces chercheurs.

Ces machines, analyse GEC, sont acquises dans un manque de transparence en ce qui concerne leur achat, exemptées de tout test rigoureux ou encore mis à l’abri d’une tierce partie impartiale pour surveiller leur utilisation. Conséquence, ces machines “ont ébranlé la confiance du public dans la commission électorale“.

Mais aussi, les chercheurs de GEC soutiennent que la machine à voter marche sur les règles du jeu électoral en ce qu’elle “pourrait compromettre le secret du vote garanti par la constitution congolaise“.

Certes, reconnaissent-ils, “l’utilisation des bulletins de vote en papier pose des problèmes. (Mais) la manière dont ces machines à voter ont été introduites (dans le processus électoral) a miné un processus électoral déjà controversé“.

La controverse, c’est aussi celle du Comité laïc de coordination qui a encore rappelé le week-end dernier à la CENI de retirer la machine à voter du processus électoral, au risque de voir encore les fidèles catholiques dans la rue, après le 30 avril prochain.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…