Propagation du conflit Teke-Yaka à Kinshasa: le ministre provincial de l’Intérieur et sécurité interpellé à l’APK

Le député provincial Papy Epiana Nzamu a adressé une question orale avec débat au ministre provincial de l’Intérieur et sécurité de la ville de Kinshasa au sujet de l’insécurité dans la commune de Maluku.

Dans sa question orale, l’élu de Kinshasa indique que deux mois après l’interpellation du speaker de l’APK lors de l’ouverture de session de septembre 2022 sur la situation entre les communautés Yaka et Teke, ce conflit meurtrier a atteint la ville province de Kinshasa, dans la commune de Maluku où des insurgés présumés Yaka ont attaqué deux groupements Téké, laissant dans leur passage 16 morts.

« Monsieur le ministre, lors de son discours d’ouverture de la session parlementaire de septembre 2022, le président de l’APK avait attiré l’attention de l’autorité urbaine au sujet du conflit meurtrier entre les communautés Yaka et Téké qui sévissait dans les provinces de Maï-Ndombe et Kwango, deux provinces voisines de la capitale, lequel risquait de se déverser dans la ville de Kinshasa. Triste est de constater que juste deux mois après cette interpellation du speaker de l’APK, ce conflit meurtrier a atteint la ville province de Kinshasa, dans la commune de Maluku où des insurgés présumés Yaka ont attaqué deux groupements Téké, laissant dans leur passage 16 morts », a mentionné le député Epiana dans sa question orale.

Publicité

D’après ce député, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2022 ces inciviques ont investi les villages « Intshale », dans le groupement « Muana Mputu » où ils ont abattu 5 paisibles concitoyens en toute impunité et sans que le pouvoir public ne puisse lever un seul doigt.

« Comme cela ne suffisait pas, hardi de leur premier exploit et soutenu par l’inaction du pouvoir public, ils ont récidivé dans le groupement Mbakana où ils ont mutilé et tué plusieurs personnes, le bilan fait état de plusieurs blessés et 11 morts dont 10 civiles et 1 militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) », a-t-il déploré.

En outre, il a renseigné que présentement un climat d’insécurité a obligé les population de ces villages victimes des actes de barbarie à abandonner leurs maisons, champs et toute autre propriété. « Ils s’ajoutent au nombre exorbitant des déplacés dans la République. M. le ministre, ces massacres odieux viennent s’ajouter au climat d’insécurité causé par les inciviques Kuluna qui sèment la désolation dans la commune de Maluku au Camp Monaco, cité Inkene en agressant, pillant et violant les habitants de cette municipalité sous le regard impuissant de la police », a-t-il regretté.

Dans sa démarche, cet élu demande au ministre concerné d’éclairer la représentation provinciale en répondant aux questions ci-après : quels sont les renseignements que vous avez obtenus de vos services, pendant et après ces attaques ? Quel est le bilan sur plan humain et matériel de ces attaques? Quel est le bilan de votre politique de lutte contre les phénomènes Kuluna? Quelle politique sécuritaire avez-vous définie pour éviter que le conflit entre Téké et Yaka se propage dans la ville de Kinshasa ? et autres ».

Carmel NDEO et ACP

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading