Conflit Teke-Yaka : L’Assemblee nationale craint l’implication d’une main extérieure et annonce une mission d’enquête

En marge de l’ouverture de la session ordinaire budgétaire ce jeudi 15 septembre, le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso est revenu sur le conflit Teke-Yaka qui bat son plein dans la province du Maï-Ndombe précisément dans le territoire de Kwamouth occasionnant de tueries massives parmi les deux populations.

Ainsi, il a laissé entendre que l’Assemblée nationale déplore jusqu’à ce moment des actes de violence et de barbarie occasionnant des tueries massives parmi les populations Teke et Yaka.

A cet effet, il a annoncé que la représentation nationale va bientôt diligenter une mission d’enquête dans les limites de ses attributions.

Publicité

Au regard du mode opératoire prétendument utilisé par les deux populations concernées, le Président de la Chambre Basse du Parlement a fait savoir qu’il y a lieu de craindre l’implication d’une main extérieure car, dit-il, le peuple Teke et le peuple Yaka ont toujours vécu dans un climat de paix, «jamais le mode opératoire observé dans les violences actuelles n’a été utilisé dans le règlement de leurs différends».

De ce fait, Mboso a invité le gouvernement à mettre fin à la violence qui, selon lui, prend les allures d’une guerre de tranchée ethnique.

Il l’a également invité à identifier les auteurs et commanditaires de ces actes ignobles afin de les mettre à la disposition des instances compétentes conformément à la Constitution et aux lois de la République.

Christian Okende

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading