RDC : Joseph Kabila, Lubaya, Prof Kabamba, Olenghankoy et Patient Sayiba cités «comme contacts politiques» qui apportent leur soutien à l’AFC de Nangaa

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont annoncé, ce vendredi 5 avril, à l’arrestation d’Eric Nkuba, une figure importante de l’Alliance
Fleuve Congo (AFC). Selon le porte-parole de l’armée, le général Sylvain Ekenge, ce dernier occupe le poste de conseiller politique et stratégique de Corneille Nangaa, le coordonnateur de ce groupe rebelle politico-militaire allié des terroristes du M23.

Présenté à la presse, Eric Nkuba a été interrogé et filmé. Ses aveux sont éclairants sur le fonctionnement et les soutiens de l’AFC. Il cite notamment des personnalités politiques congolaises « comme Joseph Olengakoy, Bob Kabamba ou Adam Chalwe parmi les soutiens internes du mouvement».

D’après ses déclarations, les contacts militaires étaient assurés par l’ancien directeur de la sécurité John Numbi et l’ex-président Joseph Kabila. Eric Nkuba a également affirmé que l’ancien directeur général de l’OGEFREM, Patient Sayiba, se trouvait en Tanzanie où il promettait de les rejoindre.

Publicité

Cette arrestation majeure par les services de renseignement des FARDC devrait permettre d’en apprendre davantage sur le fonctionnement et les appuis de cette rébellion qui déstabilise la partie Est de la RDC depuis plusieurs mois.

Ces révélations faites sous forme des aveux corroborent parfaitement avec les déclarations faites récemment par le secrétaire général le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), principal parti du président Tshisekedi.

S’exprimant devant des membres de son parti à Kinshasa, Augustin Kabuya avait directement incriminé Joseph Kabila comme étant à l’origine «des troubles» dans la province du Nord-Kivu depuis des années.

Plus encore, il a assuré détenir des informations selon lesquelles M. Kabila aurait demandé à Corneille Nangaa, de solliciter auprès d’un dirigeant africain un soutien financier et logistique pour déstabiliser la RDC.

Augustin Kabuya a également affirmé que le départ de Joseph Kabila du pays avait été discret et que les autorités connaissaient les détails de cette sortie, demandant qu’elles les communiquent.

Ézéchiel T. MAMPUYA

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading