Adhésion des congolais à l’AFC: le gouvernement désapprouve les propos du Cardinal Ambongo et l’invite à apporter des clarifications

Dans le cadre de l’exercice de redevabilité, le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, la Ministre d’Etat en charge de l’Environnement, Eve Bazaiba et le Ministre de la Santé Publique, Roger Kamba ont animé, ce mercredi 3 avril, un briefing spécial consacré sur la masculinité positive en RDC : avancées enregistrées et perspectives dans les secteurs de l’éducation, la santé et l’autonomisation de la femme congolaise. Et ce, après la nomination de toute première Première ministre de l’histoire politique du pays depuis son accession à l’indépendance.

Profitant de ce devoir de redevabilité, le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya n’a pas apprécié les propos du Cardinal Fridolin Ambongo qui justifiait les adhésions des congolais à la rébellion alliée du M23 dans la partie Est du pays.

D’après lui, en effet, ces propos du Cardinal Ambongo sont aperçus comme un encouragement ou un soutien moral à ceux qui prennent les armes pour tenter de conquérir le pouvoir. Pour Patrick Muyaya, l’on ne peut pas soutenir des congolais qui prennent les armes pour tuer leurs compatriotes.

Publicité

Face à ces propos du Cardinal Fridolin Ambongo tenus lors de son homélie à la nuit Pascale, Patrick Muyaya l’invite à apporter des clarifications quant à ce.

«Les propos tenus par le Cardinal le jour de Pâques sont extrêmement graves. Surtout qu’ils viennent d’un chef religieux de son acabit. Quelles que soient les raisons, on ne peut soutenir des congolais qui prennent des armes pour tuer leurs frères, sœurs, pères, mères et enfants. Ses mots peuvent être compris comme un encouragement, un soutien moral à ceux qui prennent cette voie alors que nous voulons sortir de ce cycle de violences… Quelles que soient les raisons, on ne devrait pas soutenir des congolais qui veulent prendre les armes pour tuer d’autres congolais afin d’accéder au pouvoir alors que nous avons choisi la voie démocratique», a-t-il déploré.

S’agissant de la question du budget soulevée par le Cardinal Ambongo qui n’est pas à 16 milliards mais à 3 milliards tout en dénonçant le fait que le pays soit considéré comme l’un des plus pauvres au monde, tandis que les députés congolais sont considérés comme les mieux payés, Patrick Muyaya a rétorqué que la RDC dispose d’un budget de 16 milliards de dollars avant de souligner des progrès significatifs qui ont été enregistrés dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

«J’ai également entendu, toujours du cardinal, qu’on disposait d’un budget d’à peine 3 milliards. Je suis désolé. Nous avons atteint des records. aujourd’hui, nous parlons d’un budget de 16 milliards. Regardez le contexte dans lequel nous nous trouvons. Un immense travail est accompli dans les secteurs de la santé et de l’éducation. D’ailleurs, l’Eglise catholique est partenaire dans l’éducation. Il ne faudrait donc pas donner l’impression que le Congo avait tout, il y a 15 ou 20 ans, et maintenant, il n’en reste plus rien. Et cette manière de parler du gâteau. Quel est le message que le Cardinal veut insinuer dans l’imaginaire collectif ? Je pense qu’il est primordial d’être très prudent dans notre utilisation des mots, surtout dans le contexte qui est le nôtre», a fait savoir, Patrick Muyaya.

Le Cardinal Ambongo avait tenu ses propos, quelques après que quelques membres PPRD soient vus au côté de Corneille Nangaa, responsable de l’Alliance fleuve Congo, alliée au M23, au Nord-Kivu.

En effet lors de la messe du samedi soir dernier le cardinal Ambongo a poussé, dans son homélie, entre autres les raisons qui sous-tendent les adhésions des citoyens congolais aux rébellions qui pullulent surtout dans l’Est du pays. À l’en croire, c’est notamment parce qu’au niveau de Kinshasa, « nous continuons à poser des gestes qui fragilisent la communion nationale, nous posons des gestes qui excluent les autres de la jouissance du gâteau national».

F.Joseph

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading