Agression dans l’Est : le gouvernement et la société civile poursuivent la collecte de fonds en faveur des victimes

La ministre du Genre, Famille et Enfant, Mireille Masangu a échangé jeudi 28 mars, dans son cabinet avec le Directeur Général de Fonds national des réparations des victimes des violences sexuelles liées aux conflits et victimes des crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité (FONAREV), Lucien Lundula, accompagné de la chargée des opérations de la société civile, Élisabeth Monga.

L’entrevue entre les deux personnalités a tourné autour de trois sujets majeurs. Il s’agit notamment : la question de la base de données des victimes des violences basées sur le genre en temps des conflits; la question des enfants issus des viols, ainsi que sur les différentes pistes de collaboration entre le ministère et le FONAREV.

Dans le cadre de l’assistance aux victimes des guerres, la ministre du Genre avec ses collaborateurs ont procédé, mercredi 27 mars au dépouillement des fonds de la caisse de solidarité récoltés au cours de ce mois en faveur des victimes de violences et autres vulnérables de l’Est de la RDC.

Publicité

Le contenu de cette caisse de solidarité a été livré à la presse par le directeur général adjoint, en charge des opérations de la société civile qui a piloté cette opération, Elisabeth Monga.

« Nous sommes une commission mixte société civile et ministère du Genre, nous avions commencé depuis le 15 février, aujourd’hui nous avons fait le dépouillement, nous avons une somme de 9.452.000 francs congolais plus 9.465 dollars américains, plus 50 Euros. Nous avons plus de 1000 pièces de wax et nous avons aussi des habits pour hommes, femmes et enfants », a expliqué Élisabeth Monga, à la presse avant de souligner que la collecte continue jusqu’au 14 avril.

D’autres personnes de bonne volonté ont été invitées à se joindre en prélude à une descente à Goma pour déposer tout ce qu’elles auront collecté.

Gloire MALUMBA

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading