lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min

Des médecins gazés sur le boulevard du 30 juin ce lundi 24 juin

- Publicité-

La scène s’est passée au croisement des avenues Huileries et boulevard du 30 juin à Kinshasa ce lundi 24 juin.
Alors qu’ils manifestaient pour revendiquer leurs salaires et primes, des médecins ont été gazés par la police.
Selon un élément de la police, cette marche n’a pas été signalée à l’hôtel de ville ni autorisée par une autorité de la ville de Kinshasa.

Le corps médical réclamait entre autres : le payement de leur prime de nuit ou prime de risque et la budgétisation de 4500 nouvelles unités impayées tel que signifié dans différentes instructions adressées par le chef de l’Etat.

Malgré les promesses faites par le Chef de l’Etat, il y a du retard dans le paiement des primes. Ces professionnels de la santé ne réclamaient qu’une seule chose. « Si nous sommes dans la rue aujourd’hui, c’est parce que le chef de l’Etat n’a pas honoré ses paroles, il nous avait promis qu’à la fin du mois d’avril, nous serons primés. Une partie seulement a reçu cet argent et nous jusqu’aujourd’hui rien encore. Ça déjà 6 mois que nous attendons. Alors, nous revendiquons nos droits, mais nous sommes surprises de voir les policier nous jeter de gaz lacrymogène», a déclaré un médecin manifestant en colère.

« C’est déplorable pour une marche pacifique qui de plus a été signalée aux près des autorités compétentes.
Nous n’étions pas encadrés, au contraire la police nous a démontré que nous étions des rebelles ou des forces nuisibles. Ça fait 6 mois que tous les médecins congolais devraient toucher à leur prime de risque selon la promesse du chef de l’État. Mais jusqu’ici rien n’est fait. On ose réclamer nos droits, il y a une répression ignoble
», a déploré Kumba Ange, médecin au Centre de santé de Référence Bangu à la presse.

Le bilan provisoire fait état d’un médecin blessé suite à l’inhalation du gaz lacrymogène. Il a été conduit directement conduit à l’hôpital Ngaliema Center.

Plusieurs autres ont été interpellés puis conduits à bord des jeeps de la police au Commissariat provincial de la police nationale.

Thierry Mfundu

- Advertisement -
- Advertisement -

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...