Pour le Comité Laïc, ces machines risquent de plonger « inutilement » le pays dans un cycle de Violences. » « Le CLC attire l’attention des partenaires sur le fait que le manque de confiance des électeurs dans l’institution organisatrice demeure un sujet plus que préoccupant« , dit ce communiqué consulté par POLITICO.CD, et qui « exige une solution urgente« , appelant la CENI à « retirer immédiatement son projet de machine à voter. »

Dans le même communiqué, le CLC rappelle son ultimatum du 30 Avril, appelant les politiques à trouver une solution avant cette date.

Cette organisation catholique avait annoncé 12 mars dernier un arrêt momentané de manifestations populaires. Dans un communiqué, le Comité laïc justifiait cette mesure par le souci d’évaluer les résultats de différents résultats produits par ces récentes actions.