Catégorie : Séries

HomeSéries

Ce réseau mafieux a ciblé la personne du Vice-Premier Ministre, Ministre de l'intérieur et sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary. En effet, le mardi 26 Décembre 2017, alors que le feuilleton She Okitundu n'avait pas encore fini de faire le buzz sur la toile, un autre officiel congolais se faisait chanter autour d'une sextape imaginaire cette fois. Le même jour, un membre du cabinet du VPM Ramazani reçoit un coup de file du Canada au numéro 0016134002720. C'est un congolais vivant au Canada qui appelle et dit : « Nous disposons d'une vidéo compromettante de votre chef Ramazan Shadary, d'une durée de trois minutes, filmée dans son bureau. Si nous balançons ça sur les réseaux sociaux, c'est fini pour lui. Alors, j'ai préfère vous alerter ». A la question de savoir ce qu'il faut pour ne pas diffuser la vidéo et de quelle nature est-elle, l'arnaqueur répond : « Je vous mets en vidéo-conférence avec la personne qui détient la vidéo et qui se trouve à Kinshasa ». Ce qui a été fait et les services de l'Intérieur ont pris soin d'enregistrer la Conversation. Ces enregistrements sonores sont la. https://soundcloud.com/politicordc/chantage-de-sextape-contre-shadary   L'autre arnaqueur, un certain Patrick non autrement identifie, qui est à Kinshasa (On le suppose), confirme en lingala détenir la vidéo supposée compromettante contre le vice-Premier ministre Shadary et exige 50 000 dollars pour ne pas la diffuser sur la toile. Pour lui tendre le piège, expliquent nos sources à l'intérieur, le collaborateur du VPM qui était avec deux autres témoins …

C’est depuis le Dimanche 5 Novembre 2017 que la Commission Electorale Nationale Indépendante a rendu public le Calendrier Electoral tant attendues en République Démocratique du Congo. Au demeurant, la phase la plus importante, après que ledit Calendrier soit connu de tous, est sa mise en œuvre pour la tenue effective des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues pour le 23 Décembre 2018. En vue de garantir l’application dudit calendrier, le Président de la CENI, Corneille NANGAA YOBELUO, a convoqué, le Mardi 5 Décembre dernier, la réunion du Comité de Partenariat du « Projet d’Appui au Cycle Electoral en République Démocratique du Congo » PACEC en vue d’échanger autour de (i) l’état de la Révision du Fichier Electoral (RFE); (ii)le Calendrier Electoral et le document du Projet PACEC. Le Président de la CENI en a profité pour présenter aux partenaires la Machine à Voter. Le Comité de partenariat est un cadre d’échange formel de dialogue entre la CENI, le Gouvernement de la République et les partenaires au processus électoral autour du financement du processus électoral en RDC. S’agissant du fichier électoral, la CENI compte à ce jour plus de 45 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales. Ces opérations se poursuivent normalement dans les provinces du Kasaï, Kasaï Central, et dans les territoires de Luilu et Kamiji dans la Lomami. A dater du 12 décembre 2017, la CENI lance le processus de clôture des premiers Centres d’Inscription ouverts à Tshikapa et Kananga, ceci dans le respect du délai de 90 jours accordés …

La crise en RDC a atteint le nouveau de celle en Irak, en Syrie ou au Yémen et risque de s'aggraver La violence et les troubles ethniques et politiques en République démocratique du Congo ont propulsé le pays au même niveau de crise que l'Irak, la Syrie et le Yémen, rapporte The Guardian.  Le choléra fait rage à un niveau jamais vu en RDC et près de 4 millions de personnes ont été déplacées de leurs maisons par les combats, un quart d'entre eux venant de la seule région du Kasaï touchée par le conflit. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a révélé le mois dernier que la situation d'urgence de «niveau trois» a été signalée - le plus haut niveau au pays, avertissant que ces chiffres devraient augmenter dans les semaines à venir. "Avec les activités intensives des milices, les troubles et la violence alimentés par des conflits ethniques et politiques dans de nombreuses régions, le risque de nouveaux déplacements est élevé", a déclaré le porte-parole du HCR, Adrian Edwards. "Les défis de l'aide aux personnes dans le besoin augmentent rapidement." Les situations d'urgence de niveau trois, annoncées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, sont considérées comme les crises humanitaires les plus complexes et les plus difficiles et déclenchent une série de processus internes de planification et de financement. Cependant, selon l'agence, seulement un cinquième des 236 millions de dollars nécessaires pour aider les réfugiés ont été fournis. Au milieu …

Cadre du Rassemblement, François MUamba, président de l’Alliance pour le Développement et la République (ADR), a accordé une interview exclusive à POLITICO MAGAZINE, affirmant que le président de la Commission électorale nationale indépendante a fait le choix de "disparaître". POLITICO.CD François Muamba, le Rassemblement est-il menacé d’explosion à cause du dossier du candidat président ? François Muamba: Absolument pas, le penser c’est méconnaître la raison d’être de cette plateforme politique. En effet, le Rassemblement est un regroupement des forces politiques et sociales qui ont, sous la houlette d’Etienne Tshisekedi d’heureuse mémoire, décidé de mutualiser leurs moyens et de fédérer leurs efforts pour obtenir l’alternance politique inscrite dans notre constitution. Ce n’est donc pas une structure électorale. Elle pourrait le devenir, mais à ce stade chaque composante membre est libre d’affiner en toute indépendance ses stratégies en rapport avec les élections à venir, en ce compris l’élection présidentielle. Quel est votre avis sur une candidature commune de l’Opposition à la présidentielle ? Elle est la bienvenue dans ce scrutin à un seul tour. Cependant, une plateforme électorale se constitue certes autour d’une personnalité, mais nous parlons là d’une personne qui incarne avant tout un dessein. Ensuite, cela suppose une certaine culture politique où le moi est susceptible de s’effacer devant l’intérêt général. En sommes-nous arrivés là ? Honnêtement, je pense que la nouvelle génération de politiques comprend des hommes qui en sont capables. A l’heure actuelle, est-il possible d’organiser des primaires de l’Opposition ? Les primaires sont une forme d’arbitrage. La …

« L’argent ne fait pas de bonheur », disait un homme qui en manquait. Lui, il veut avoir un résultat contraire. Lui, c’est Moïse Katumbi Chapwe. Ancien Kabiliste, grâce à qui il a fait sa fortune, fatigué de la dictature, il change de camp et veut sauver le Congo. Il Calaviere à la congolaise

Depuis novembre 2016, POLITICO.CD s’est penché sur l’Affaire BIAC : la Banque Internationale du Congo, troisième banque commerciale du pays qui a officiellement fait faillite pour non-rentabilité. Néanmoins, grâce des enquêtes et des documents découverts par notre rédaction, il s’avère finalement que cette institution bancaire est  victime des pratiques frauduleuses très bien orchestrées par des représentants de l’Etat congolais, qui agissent toutefois pour leurs propres intérêts.  ENQUETE.

Tout commence avec un rapport parlementaire débattu en secret à l'Assemblée nationale l'année dernière, et dont la teneur vient d'être révélée ce lundi 13 février par le média français Le Monde, dans son édition Afrique. Soit, plus de  138 838 100 francs congolais, environs 98 millions de dollars américains détournés au profit des proches du pouvoir.   Ce document de 66 pages que Le Monde Afrique a pu consulter confirme des détournements pour 70 et 78 % des projets. « les fonds perçus ne sont pas remboursés par les promoteurs ; le financement de ces projets n’a pas tenu compte des études de rentabilité et de la capacité financière des promoteurs ; les efforts de recouvrement ne sont pas perceptibles », peut-on lire dans le rapport, raconte Le Monde Afrique. Les enquêteurs concluent sans ambages : « En clair, il y a détournement de fonds par les promoteurs des projets et laxisme du chef du FPI ». Selon le rapport d’enquête parlementaire, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, ministre des relations avec le Parlement de 2014 à 2016, s’est vu octroyer un prêt de 450 000 dollars pour équiper et pérenniser l’imprimerie de son groupe de presse. Sauf que cette somme n’a pas servi à contribuer à l’industrialisation du pays. Le ministre a plutôt remboursé un précédent crédit contracté auprès d’une banque plus à cheval sur les traites. Une interprétation que conteste Tryphon Kin-Kiey Mulumba qui assure être en procès avec le FPI depuis sept ans sur ce litige. « La machine et les intrants ont fini par être acquis par les moyens propres de mon groupe de …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel