Catégorie : ECONOMICO

HomeECONOMICO

Une coalition de 32 organisations congolaises impliquées dans la protection de l'environnement accuse la Banque Africaine de Développement d'ignorer les besoins de la population congolaise en promouvant un projet de barrage hydroélectrique qui aura un impact sérieux sur l'environnement et sur le social des communautés locales affectées (accès à la terre, à la nourriture, à l'eau potable, à la forêt). Lors de sa visite en RDC du 17 au 20 juin 2019, le président de la Banque Africaine de Développement a visité le site d’Inga d’où le projet Inga 3 exporterait de l'énergie vers la sous-région plutôt que d'électrifier en priorité la RD Congo. Dans leur déclaration, la coalition d’organisations de la Société Civile congolaise et de communautés locales affectées par les barrages d’Inga demande au gouvernement congolais et aux investisseurs étrangers, incluant la Banque Africaine de Développement (BAD), de prendre en compte les revendications des communautés locales et de la population congolaise en ce qui concerne le développement du projet Inga 3. Curieusement pour ces ONGs Monsieur Adesina, le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD) a rejeté toutes les sollicitations de la société civile congolaise et les communautés locales d’Inga visant à le rencontrer. Une attitude vivement deplorée par cette Coalition d’organisations de la société civile congolaise qui selon elles, frise manifestement un mépris délibéré de la politique des sauvegardes de la Banque Africaine de Développement (BAD), plus spécialement ses principes relatifs à la consultation et à l’implication de différentes parties prenantes dans un projet soutenu financièrement …

L’avocat du général Gabriel Amisi Kumba, accusé de commercialiser des permis forestiers illégaux par l’ONG britannique Global Witness rejette les accusateurs de cette ONG et accuse les auteurs de ce rapport d’être manipulés. Liévin Ngondji cité par la Radio France Internationale, RFI, balaye nie toutes ces accusations. "C’est une cabale de milieux occidentaux, qui sont en connivence avec un certain nombre de politiciens. Ça signifie qu’il y a des gens qui lui en veulent pour des raisons inavouées et qui veulent sa tête" déclare l’avocat Liévin Ngondji. Lievin Ngondji pense que l’ONG Global Witness a été  manipulée. Par la même occasion il nie toute influence de l’officier de l’armée Congolaise sur l'obtention des permis forestiers à la société de son épouse par le ministère de l'environnement à partir de juin 2018. "Il n’y a aucune loi qui a été violée, il n’y a aucun règlement qui a été violé, tout ce qu’on met sur la tête du général, c’est de l’amalgame" a-t-il poursuivi. Merveilles KIRO | POLITICO.CD

L'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) était en mâtinée de réflexion et d'évaluation sur le programme Alliance Virunga ce jeudi 7 mars à Goma. En présence des ministres provinciaux de l'environnement et tourisme mais aussi de l'énergie, l'ICCN a dressé le bilan autour des activités dans le parc national des Virunga notamment, la conservation, le tourisme ou encore l'énergie. L'ICCN révèle qu'il y a une croissance importante du nombre des gorilles au cours de ces deux dernières années. "Il s'agit d'une croissance qui est passée de 286 gorilles en 2016 contre 186 gorilles en 2010 soit 15% de plus au cours de deux ans" explique cette institution Congolaise. L'ICCN fait état d'une récupération de 1,5 % de la surface qui était déjà envahie par la population riveraine soit plus de 8 000 km carrés. Par contre six (6) éléphants ont été tués au cours de l'année 2018 contre 9 en 2017 soit 30% de baisse de mortalité d'éléphants; qui sont le plus souvent victimes du braconnage qui persiste à en croire les dénonciations faites par l'ICCN. L'Institut congolais pour la conservation de Nature a pointé du doigt les assaillants Maï Maï du chef rebelles Charles, comme étant les principaux braconniers contre les éléphants. Merveilles KIRO |POLITICO.CD

Dix (10) Okapis, six (6) gorilles de montagne, huit chimpanzés et quatre lamantins sont sur la liste que deux zoos Chinois veulent exporter de la RDC selon une lettre du ministre congolais de l’environnement dont Politico.cd s’est procuré une copie. Ces espèces figurent sur la liste d’animaux sauvages hautement protégés et en danger notent des organisations de protection environnementale, qui ont lancé une alerte pour stopper cette exportation. « Ces espèces dont certains sont endémiques à la RDC devront être transférés dans les zoos de Taiyuan et d’Anji Zhongnan en Chine si les démarches en cours aboutissent.

Dans une enquête publiée ce mardi 12 juillet 2016, Greenpeace Afrique accuse le Gouvernement congolais d’avoir violé le moratoire qu’il a lui-même mis en place en 2002 sur l’attribution de nouveaux titres d’exploitation forestière. L’ONG illustre ses accusations par trois cas : « Une enquête de Greenpeace Afrique révèle que le gouvernement congolais a accordé en 2015 trois concessions d’une surface totale de 650.000 ha à la Société la Millénaire Forestière SARL (SOMIFOR) dans les provinces de l’Equateur et de la Tshuapa, ainsi qu’à la société la Forestière pour le Développement du Congo SARL (FODECO) dans la province de la Tshopo, violant ainsi le moratoire qu’il a lui-même mis en place en 2002 sur l’attribution de nouveaux titres d’exploitation forestière. », dit le communiqué de l’ONG. Greenpeace estime que les pré-conditions pour lever ce moratoire sont bien loin d’avoir été atteintes, et qu’une telle mesure donnerait lieu à une situation encore plus chaotique dans le secteur forestier. « Nous exigeons du gouvernement congolais de non seulement annuler immédiatement les contrats des concessions de SOMIFOR et celle de FODECO présentés par Greenpeace, mais aussi de déterminer s’il y a eu d’autres violations du moratoire et de s’assurer que les officiels impliqués dans ces illégalités soient punis », a déclaré Irène Wabiwa Betoko, Responsable de la campagne Forêt à Greenpeace Afrique. Dans une lettre datée du 9 juin dernier, Greenpeace a demandé des clarifications sur ces violations flagrantes du moratoire au Ministre de l’Environnement, mais n’a pas reçu de réponse à ce jour. Ce dossier sera également …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel