PUBLICITÉ

L’Ouganda annonce le retrait de ses troupes dans l’Est de la RDC

L’armée ougandaise va retirer ses troupes dans l’Est de la République démocratique du Congo, a annoncé mardi la haute hiérarchie de l’UPDF après une opération conjointe avec les FARDC contre les ADF depuis la fin de 2021. Ce retrait interviendrait dans deux semaines.

« L’opération Shujaa cessera officiellement dans environ 2 semaines selon notre accord initial », a tweeté le commandant des forces terrestres ougandaises Muhoozi Kainerugaba – également fils de Museveni – qui précise que « cela devait durer 6 mois. À moins que je reçoive d’autres instructions de notre commandant en chef ou CDF (chef des forces de défense), je retirerai toutes nos troupes de la RDC dans 2 semaines ».

- Publicité-

Dans le cadre des opérations conjointes avec les FARDC pour combattre les rebelles islamistes des ADF – originaires de l’Ouganda – 1.700 militaires de l’armée ougandaise (UPDF) ont été déployés sur le territoire congolais. Des sources militaires et sécuritaires signifiaient qu’il s’agissait des militaires des forces spéciales et de l’infanterie de l’UPDF déployés avec leur artillerie et blindés. À l’instar de la MONUSCO, ce déploiement a constitué la plus grande intervention étrangère au Congo depuis plus d’une décennie.

État de siège, un an « inutile »

Les forces ougandaises, bien que déployées sur le sol congolais en fin d’année dernière, leur présence entrait dans le cadre de l’état de siège décrété par Kinshasa pour pacifier l’Est de la RDC. Un an plus tard, la décision de Tshisekedi semble ne pas glaner les résultats escomptés.

En un an, la situation s’est dégradée dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu. « Nous pensions que le siège mettrait un terme aux ‘‘tracasseries’’, mais en fait c’est bien pire », déclare un responsable de la société civile, sous couvert d’anonymat. Il déplore qu’à présent, « les exactions militaires ont lieu à ciel ouvert et en toute impunité ».

Selon le baromètre de Kivu, le nombre de morts lors d’attaques a plus que doublé dans la région. Martin Fayulu, principal opposant de Félix Tshisekedi, estime que le régime instauré dans ces régions constitue une « souffrance atroce pour le peuple congolais ». Il préconise le déploiement d’une unité « tout au long de nos frontières à l’est du pays ».

« Etat de siège : Un an de tâtonnements inutiles et de souffrance atroce pour le peuple congolais. La #RDC a besoin des institutions légitimes et d’une armée nationale digne de ce nom. Une unité devra être déployée tout au long de nos frontières à l’est du pays », soutenait Martin Fayulu.

Vers la fin de l’état de siège malgré tout ?

Le Président de la République, Félix Tshisekedi a annoncé la tenue dans les prochains jours, d’une table ronde devant décider de l’avenir de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Cette décision a été prise lors d’une réunion élargie qu’il présidée mercredi 04 Mai à la cité de l’union africaine et fait suite du rapport lui soumis par le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en plus du mémorandum des présidents de caucus des élus provinciaux

Au cours de cette réunion qui est intervenue à 48 heures de l’an un de cette mesure sécuritaire spéciale, il était question de faire au chef de l’État, un rapport détaillé de la récente mission effectuée par le chef du gouvernement dans les provinces sous état de siège.

Selon le service de communication de la présidence, l’initiative de la convocation d’une table ronde devant décider de l’avenir de l’état de siège a été saluée par le caucus des députés du Nord-Kivu et de la province de l’Ituri qui attendent des prochaines assises des propositions concrètes pour ramener la paix dans cette partie du pays.

La Commission Défense et Sécurité de l’assemblée nationale et du sénat a promis quant à elle d’apporter tout son appui pour la réussite de ladite table ronde.

« Avec cette convergence des vues, tout porte à croire que les prochaines assises pourront déboucher sur de bonnes pistes devant permettre de pacifier l’est de la RDC », rapporte la même source.

Il sied de rappeler que l’état de siège a été prorogé pour la 23e fois de suite mardi dernier par le Parlement. A cette occasion, le speaker de la Chambre basse du Parlement, Christophe Mboso, avait expliqué la nécessité d’autoriser cette énième prorogation de l’état de siège avant l’évaluation de cette mesure exceptionnelle comme décidé par les élus du peuple.

Stéphie MUKINZI M

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU