PUBLICITÉ

Ituri : Soupçonnée d’être « proche » des ADF, une unité des casques bleus de la MONUSCO quitte Mambasa sur fond des tensions

Des nouvelles manifestations anti-Monusco ont éclaté, depuis jeudi 12 mai 2022, dans la cité de Mambasa, située à 165 km au Sud-Ouest de la ville de Bunia, en Ituri. Dénonçant la résurgence de l’insécurité caractérisée par des tueries commises par les ADF dans cette partie, plusieurs jeunes ont d’abord saccagé les bureaux d’une ONG internationale ainsi que ses trois véhicules. Les mêmes manifestants ont soupçonné des casques bleus de la MONUSCO d’être en connivence avec les miliciens ADF, auteurs des massacres des civils en Ituri et au Nord-Kivu depuis 2015.

Selon nos sources, tout est parti d’une annonce sur l’atterrissage de deux hélicoptères de la brigade d’intervention de la MONUSCO FIB à l’aérodrome de Mandima, à 6 Km de Mambasa-centre. Ces soldats onusiens sont venus pour une mission de patrouilles conjointes de combat avec les FARDC dans cette localité.

- Publicité-

Des patrouilles qui ont pour objectif de stopper l’activisme des ADF depuis un mois sur le tronçon Komanda-Mambasa. Pour certains manifestants, la présence des casques bleus risque encore de déstabiliser la zone.

Vendredi 13 mai 2022, les manifestants n’ont pas lâché-prise. Dès les premières heures de la matinée, plusieurs barricades ont été perceptibles dans les rues et avenues de Mambasa. Une situation qui a poussé aux policiers et militaires de se ligués pour disperser les jeunes en colère et qui s’apprennaient déjà aux installations du territoire. D’autres sources indiquent que sur fond de ces tensions, les éléments de la Monusco se sont retirés de la région, 48 heures après leur arrivée dans la région.

De son côté, l’administrateur du territoire de Mambasa, cité par Radio Okapi, a expliqué que la MONUSCO est un partenaire du gouvernement congolais. Jean Batiste Munyampanzi a condamné l’attitude des jeunes de ce coin, qui selon lui se trompent de cible. « La MONUSCO est en train de travailler en partenariat avec le gouvernement. La population doit faire montre de responsabilité pour que la sécurité puisse être assurée », a-t-il signifié sur la Radio Okapi.

Mardi 10 mai 2022, au moins 3 personnes sont mortes et 9 véhicules ont été incendiés à la suite d’une embuscade avec des présumés ADF au village Kundala Kundala entre Komanda et Mambasa. La nouvelle société civile de Mambasa, qui a condamné cet acte terroriste, avait appelé le gouvernement à prendre ses responsabilités.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU