PUBLICITÉ

RDC : Denis Mukwege invite la communauté internationale à considérer « la situation de l’Est » comme celle de l’Ukraine

Depuis plus d’une semaine, l’Ukraine est déchiré par une escalade de violences armées menées par l’armée russe qui envahit à grand pas plusieurs cités Ukrainiennes. Face à cette série d’événements indésirables, les réactions fusent de partout, en termes même des sanctions qui pèsent sur le chef de l’État Vladimir Poutine et la Russie.

Ce samedi 05 mars, dans une conférence universitaire tenue à Lubumbashi, le prix nobel pour la paix en RDC, Dr Denis Mukwege a estimé qu’il faut parfaitement traiter l’actuelle situation sécuritaire de l’Ukraine comme celle qui prévaut à l’Est de la République Démocratique du Congo, menacé par des groupes armés étrangers et locaux depuis plusieurs années. « Malheureusement, l’escalade s’est produite (en Ukraine), et on voit que les sanctions pleuvent de partout », regrette, d’entrée, l’activiste des droits humains, Denis Mukwege.

- Publicité-

« Pendant ce temps, le président d’un pays africain de la région (le Rwanda), qui figure parmi les responsables des atrocités qui ont été commises à l’est du Congo, annonce son intention de faire traverser la frontière à ses troupes sans que cela ne suscite aucune réaction ni que la presse internationale n’en pipe mot. Sur ce qui se passe en Afrique, tout le monde se tait. Nous avons la Monusco sur place qui ne dit rien. Le gouvernement congolais ne dit rien. L’ONU ne dit rien, la communauté internationale se tait alors que des gens sont en train de mourir tous les jours. Les Congolais observent qu’il y a deux poids deux mesures », déplore-t-il, dans les propos rapportés par Top Congo FM.

Actuel principal acteur pour l’effectivité des recommandations du rapport Mapping, qui trace un tableau noir des crimes contre l’humanité en RDC et publié en 2010, Denis Mukwege est déçu par le fait que l’impunité bat son plein dans son pays. « Il n’y a pas eu suffisamment d’efforts pour enrayer ces atrocités qui se produisent souvent dans les zones rurales où il y a des conflits armés, mais également, et on le voit de plus en plus, dans les milieux urbains où il n’y a pas de conflits », a-t-il constaté.

Dans la foulée, Mukwege veut, ainsi, plus mobiliser sur les crimes qui se perpétuent en RDC et plaide cependant pour l’intervention du monde entier pour enrayer les atrocités qui écument surtout l’Est de son pays.

Denis Mukwege est ainsi en tournée universitaire dans le pays. Plusieurs conférences sont organisées dans des villes congolaises.
D’après Top Congo FM, le réparateur de la femme et fondateur de Panzi devrait, après l’étape de Lubumbashi se rendre ensuite à Kisangani, Goma (Nord-Kivu), Kinshasa, mais aussi à Bukavu (Sud-Kivu). À l’hôpital de Panzi, il a pris en charge depuis 1999, soignant plus de 70 000 victimes de violences sexuelles commises par des groupes armés, congolais et étrangers, très souvent avec une sauvagerie qui dépasse l’entendement.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU