Meurtre de Zaida Catalan et Michael Charp : la peine de mort requise pour la majorité de prévenus

- Publicité-

Le ministère public a clôturé, à l’audience de mardi 23 novembre, son réquisitoire sur les 7 préventions à charge de 54 prévenus accusés dans l’affaire de meurtre de deux experts de l’ONU, Zaida Catalan et Michael Charp.

En effet, le ministère public a décidé de charger les cinquante-quatre prévenus accusés dans ce dossier de mise à mort de Zaida Catalan et Michael Charp.

Il a requis la peine capitale, comme sentence la plus forte, pour le colonel Jean de Dieu Mambueni et le journaliste Kamuzadi ainsi que d’autres prévenus dont Jean-Bosco Mukanda et Vincent Manga, considérés également comme acteurs majeurs dans cette affaire.

Les personnes qui ont comparu à ce procès étaient poursuivis pour mouvement insurrectionnel, association de malfaiteurs, crime de guerre par meurtre, crime de guerre par mutilation, détournement d’objets saisis, violation des consignes et terrorisme. Elles méritent donc différentes peines retenues contre elles, soutient l’organe de la loi.

Pour le ministère public, depuis le départ de Kananga de deux experts de l’ONU jusqu’à Moyo Musuila, lieu où ils ont été tués, Jean de Dieu Mambueni et les autres acteurs qui comparaissent dont 32 poursuivis contradictoirement et 22 par défaut, chacun a joué un rôle dans ce crime.

Cependant, l’officier du ministère public a demandé à la Cour militaire que soit atténuées les peines de trois prévenus. Selon lui, Mulumba Muteba Jaria, Muela Mulumba Samy et Tshibamba Mutombo Honoré ont collaboré avec la justice pour l’aider à comprendre ce qui s’était passé dans cette affaire de meurtre de deux experts et identifier les autres personnes impliquées.

Après avoir suivi le réquisitoire du ministère public, les avocats conseil des prévenus ont promis de débuter les plaidoiries à la prochaine audience.

Dominique Malala

notre sélection