Le Gouvernement promet d’appliquer la baisse des prix des surgelés malgré la « mauvaise foi » des opérateurs économiques

- Publicité-

Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma, a rassuré la population congolaise que le gouvernement va veiller à la mise en application du nouveau tarif des prix de produits surgelés sur le marché, indique un communiqué dudit ministère reçu mardi par l’ACP.

Ce communiqué relève que le gouvernement de la République s’est employé à donner des solutions durables et en finir une fois pour toute, avec la « mauvaise foi » des opérateurs économiques qui refusent toujours d’appliquer les prix concertés.

« Plusieurs personnes se posent la question de savoir à quand la baisse des prix des produits surgelés ; A quand la concrétisation de la promesse du gouvernement », indique le communiqué qui fait état de l’appel de Jean-Marie Kalumba Yuma invitant la population au calme.

« Nous avons mené des discussions avec les opérateurs économiques et la fédération des entreprises du Congo (FEC). Nous sommes arrivés à un compromis. Et nous avons fixé les prix d’une manière concertée, compte tenu de certaines exagérations que nous avions constatées. Mais nous constatons que les procès-verbaux que nous avions signés ne sont pas respectés. Nous demandons à la population d’être calme », a dit le ministre de l’Economie nationale.

Il a précisé que le gouvernement n’a jamais imposé les prix aux opérateurs économiques qui se sont illustrés dans les magouilles par de fausses déclarations.

Le ministre a en outre révélé que les opérateurs économiques étaient conscients de leur tricherie à deux niveaux et qu’ils l’ont reconnu en demandant pardon, ajoutant que ces opérateurs économiques ont clarifié que cette tricherie se faisait premièrement sur la valeur CIF qui était minorée avec comme conséquence, la perte des recettes dues au Trésor public et deuxièmement, en surchargeant la structure des prix avec des éléments non incorporables dont le consommateur final paie les frais.

Il a rappelé à cet effet que parmi les solutions en cours, il y a le quota de pêche obtenu en Namibie pour plus de 27 mille tonnes des poissons chinchards à 6 millions de dollars, la location des bateaux de pêche, l’émission de la lettre de crédit, soulignant qu’un chronogramme de livraison des produits sera communiqué le moment opportun.

Concernant les festivités de fin d’année, le ministre de l’Economie nationale a soutenu que l’idéal est de travailler pour des solutions durables et permanentes, espérant tout de même que le travail abattu portera des fruits avant la fin de l’année.

En dépit des abus, le ministre reconnaît tout de même que les opérateurs économiques demeurent des partenaires avec qui le gouvernement reste ouvert au dialogue pour changer la donne. Toutefois, il prévient qu’à l’issue du travail des inspecteurs de l’économie sur le terrain, les coupables devront répondre de leurs actes.

- Advertisement -

Depuis son arrivée à la tête du ministère de l’économie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma s’est engagé dans la quête du « juste prix » des produits et services sur le marché pour améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs.

Selon cet engagement entre la FEC et le gouvernement les prix concertés devraient se présenter comme suit : les cuisses des poulets (10kg) : 15.9 USD ; poulets entiers (10Kg) :15.5 USD, les côtes des porcs 10 kg à 16.8 USD ; chinchards (10Kg) :14.4 USD, renseigne-t-on.

Stéphie MUKINZI & ACP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection