PUBLICITÉ

La LUCHA refuse de s’allier avec ceux qui ont « tué Chebeya, fusillé Thérèse et Rossy, immolé Luc »

Le mouvement citoyen, Lutte pour le Changement (LUCHA) ne va pas participer aux actions citoyennes des grandes envergures que comptent lancer les forces sociales et politiques constituées de Martin Fayulu, Joseph Kabila, Moïse Katumbi, les catholiques et les laïcs ainsi que d’autres composantes de la société civile.

D’après ce mouvement citoyen, il est hors de question de combattre pour quelques raisons que ce soit aux côtés de ceux qui, dans le passé, ont mis le pays à feu et à sang sans justice.

- Publicité-

« Pourquoi se battent-ils? Pour la démocratie qu’ils ont bafouée? L’indépendance de la CENI et du pouvoir judiciaire qu’ils ont reniée quand ils étaient au pouvoir? Pour la paix à l’Est qu’ils ont torpillée? Contre la paupérisation des Congolais dont ils ont été les architectes? », s’est interrogé la LUCHA.

A ces interrogations Lucha répond qu’ « aucune circonstance, aucun pragmatisme, aucun combat ne vaut la peine d’une alliance délibérée avec ceux qui ont mis à feu et à sang l’Est du Congo, le Kasai, Yumbi… qui ont fait tuer Chebeya, fusiller Thérèse et Rossy, immoler Luc… sans justice, ni même la moindre repentance ».

Et de renchérir : « Nous menons une lutte non pas de circonstances, mais une lutte fondée sur des valeurs profondes. Autant nous sommes contre la politisation de la CENI (ce qui est plus qu’un problème d’individus), autant nous sommes attachés à notre intégrité. Nous avons tiré les leçons de 2015-2018 ».

Constant dans son idéologie, ce mouvement rappelle que son combat est basé sur de valeurs immuables et en apprenant des erreurs du passé.

« Entre la peste et le choléra, nous préférons ne pas choisir. Notre peuple mérite des leaders attachés à des valeurs et des principes, et non aux calculs opportunistes sans fin », a-t-il martelé.

Dans une déclaration faite mardi 26 octobre, les Forces sociales et politiques ont appelé la population congolaise à sa « grande » marche « populaire » qui va se tenir le samedi 06 novembre prochain.

Cette nouvelle dynamique anti-Tshisedeki va marcher pour dire non à la CENI « imposée, politisée et instrumentalisée », non à l’abrutissement des enfants, non à la paupérisation des enseignants, non à labsence de l’autorité de l’Etat, mais également à « l’escroquerie » via RAM.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

2 Commentaires

  1. J’apprécie à sa juste valeur la position de Lucha. Comment voulez-vous que Lamuka puisse s’allier au fcc pour une quelconque action? Le voile est ainsi tombé, on sait identifier chacun!

Comments are closed.

EN CONTINU