jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 1:31 1 h 31 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 1:31 1 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 1:31 1 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 1:31 1 h 31 min

Le ministère du Portefeuille demande 8 milliards USD pour moderniser, équiper et réhabiliter les entreprises de l’État

- Publicité-

La Ministre d’État en charge du Portefeuille, Adèle Kayinda a fait un rapport sur l’état des lieux des entreprises publiques au Conseil des ministres présidé vendredi par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

Dans ce rapport, la Ministre a fait un tableau sombre de l’état dans lequel se trouve les entreprises publiques. Elle a indiqué que la situation de quasi totalité de ces entreprises est très préoccupante et se traduit sur le plan technique et opérationnel entre autres par la vétusté et l’obsolescence de l’outil de production, l’insuffisance des équipements et les besoins élevés en investissements.

Pour redorer l’image terni de ces entreprises, Adèle Kayinda a fait un budget estimé à une valeur nominale totale d’environ 8 milliards de dollars américains en vue de réhabiliter, de renouveler et/ou de moderniser des infrastructures et des équipements ces entreprises publiques.

D’après l’agence congolaise de presse (ACP), suivant l’analyse par la méthode des ratios, les entreprises publiques sont classées sur le plan financier en trois groupes suivants: les entreprises relativement saines, les entreprises en difficulté et les entreprises en faillite non déclarée.

In globo, ces entreprises de l’État, rapporte cette agence, sont presque toutes déficitaires, fortement endettées avec une prédominance de la dette sociale, et en cessation de paiement. Elles sont en grande partie en faillite virtuelle.

Toujours dans ce rapport, sur le plan organisationnel et des ressources humaines, le numéro Un du Portefeuille a fait savoir que le personnel est pléthorique par rapport au niveau d’activités, vieillissant et non efficient vu le faible taux d’encadrement. Ce personnel, dit-elle, est généralement insuffisant tandis que les administratifs sont surnombre.

Quant à la gouvernance, indique l’ACP, beaucoup d’entreprises n’ont pas mis en œuvre leurs chartes de bonne gouvernance adaptée par leurs Conseils d’Administration respectifs, suite de la Note circulaire du ministre du Portefeuille.

À en croire l’ACP, compte tenu des contre performances des entreprises publiques notamment techniques, opérationnelles, financières et des ressources humaines, Adèle Kayinda, Ministre d’État en charge du Portefeuille, a demandé, au Premier ministre, notamment la construction d’une vision partagée du Gouvernement sur la réforme des entreprises publiques afin d’assurer une volonté politique soutenue et un engagement collectif pour sa mise en œuvre.

Il sied de noter que la Ministre d’État en charge du Portefeuille a réalisé cet état des lieux des entreprises publiques sur instruction du Président de la République, Félix Tshisekedi dans le but d’obtenir des données fiables devant orienter la politique gouvernementale y relative.

- Advertisement -

Cela rentre dans le programme d’actions 2021-2023 conformément au Pilier 5 du programme du gouvernement qui intègre également le parachèvement de la réforme des entreprises en vue d’améliorer leurs performances.

Christian Okende

notre sélection