mercredi, juin 16, 2021
DRC
36,222
Personnes infectées
Updated on 16 June 2021 à 20:42 20 h 42 min
DRC
7,485
Personnes en soins
Updated on 16 June 2021 à 20:42 20 h 42 min
DRC
27,880
Personnes guéries
Updated on 16 June 2021 à 20:42 20 h 42 min
DRC
857
Personnes mortes
Updated on 16 June 2021 à 20:42 20 h 42 min

Déploiement des troupes ougandaises en RDC : Félix Tshisekedi fait la demande sans informer au préalable et officiellement le Parlement

- Publicité-

La demande du Président de la république Félix Tshisekedi au Président Ougandais Yoweri Museveni, lors de son investiture à Kampala, “de déployer des troupes en RDC, dans sa partie Est pour combattre les troupes rebelles”, selon la presse ougandaise NBS Télévision, a fait réagir le député Juvénal Munubo Mubi, l’élu de walikale (Nord-Kivu) et rapporteur de la commission permanente Défense et sécurité à l’Assemblée nationale. Juvenal Munobo fait savoir que “le parlement n’est pas informé officiellement” de cette démarche. Pour lui, avant toute sollicitation d’une armée étrangère par la RDC, le Parlement doit être “au préalable informé”. 

Juvenal Munubo pense que la venue des troupes ougandaises en RDC, n’est pas une “bonne option”. Il justifie sa position par les méandres de la guerre de 6 jours à Kisangani.

“Nul n’ignore le passé le plus récent lors du passage des troupes ougandaises en RDC, au côté du Mouvement de libération du Congo (MLC). Et lors de la guerre de 6 jours de Kisangani, en 2000, lorsque les troupes des UPDF (l’armée ougandaise) et les RDF (l’armée rwandaise) s’étaient affrontées dans la province Orential, avec comme toile des fond, les intérêts économiques”, a-t-il souligné .

Cet élu de Walikale veut savoir “depuis quand l’Ouganda s’est converti véritablement à un ami de la RDC”. Juvenanl Munubo dit ne pas savoir “si la conversion s’est faite à quelle époque. Que ce soit de Kampala ou de Kigali, tous ont des visées économiques sur la RDC”. Et se demande : “est-ce important de les faire venir une fois encore en RDC ?’.

Pour ce qui est de la traque des groupes rebelles dans la partie Est du pays, le député Juvénal Munubo propose l’échange des renseignements avec les voisins de la RDC plutôt qu’un corps expeditionnel encore dans le pays : “il y a lieu de coopérer avec nos voisins sur le plan sécuritaire, en se limitant uniquement sur l’échange des renseignements. Ils ont des renseignements, par exemple sur les ADF, ils nous les partager”.

Juvenal Munubo exhorte l’État congolais que les accords bilatéraux, supposés aider le pays à combattre les groupes armes, ne soient pas seulement motivés par l’arrivée d’un corps expeditionnel étranger en RDC, comme si on a encore une mémoire courte.

Des troupes Kényanes au Congo, dans le cadre bilatérale ou des Nations Unies ? 

Dans une conférence conjointe organisée à Kinshasa en avril avec le Président Kenyan Uhuru Kenyatta, lors de sa visite officielle en RDC, le président Félix Tshisekedi avait promit une réaction musclée contre les rebelles créant l’insécurité dans l’Est du pays, en annonçant l’arrivée imminente des troupes kényanes en RDC. 

Interrogé sur la venue des troupes Kényanes en RDC, le rapporteur de la commission permanente Défense et sécurité à l’Assemblée nationale, Juvénal Munubo, a une fois encore dit que le parlement n’est pas officiellement informé. “Je reconnais avoir suivi comme tout le monde la nouvelle sur les médias”, dit-il avant d’ajouter : “si les troupes Kényanes arrivent en RDC, dans le cadre de la brigade d’intervention (FIB), créé par la résolution 2098, intégrer les forces des Nations unies attachées à la MONUSCO, il n’y a pas de problème”.

“Si le Président de la République soutient l’arrivée des troupes Kényanes en RDC, dans le cadre bilatérale, entre Nairobi et Kinshasa, il faudra que le parlement soit informé”, a martelé Juvénal Munubo, insistant que cela doit être dans le même cas que de l’Ouganda ou le Rwanda, tout autres pays voisin de la RDC. 

- Advertisement -

“Il y a pratiquement beaucoup des questions restant sans réponses, que la présidence de la République doit nous faciliter la compréhension. Que des réponses soient données, parce qu’on est dans la démocratie. Et qui dit démocratie, c’est le respect de la constitution dans toute ses lignes”, conclut-il.

Adrien AMBANENGO

notre sélection