PUBLICITÉ

Détournements à l’EPST, Bukangalonzo et fonds Covid-19 : un mouvement en sit-in à la Cour de Cassation pour exiger à la Justice de s’activer

Le Mouvement « Congo en-Avant » est en sit-in ce vendredi 23 avril devant la Cour de Cassation. Il va déposer un mémorandum « en rapport avec les dossiers liés aux détournements dans les projets Bukangalonzo, EPST et Covid-19 ». Dans leur correspondance adressée au Procureur Général près la Cour de Cassation, ce mouvement sollicite également que ce denier leur accorde une audience.

Composé des jeunes habitant la ville de Kinshasa parmi lesquels des étudiants, le mouvement « Congo en-Avant » dit « soutenir la Justice congolaise qu’incarne l’organe de la Loi » qu’est le Procureur Général près la Cour de Cassation. Il réclame en outre « la célérité dans les dossiers précités, surtout après la tentative de fuite de l’une des personnalités citées dans l’un des dossiers ».

- Publicité-

Au Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe a condamné à 20 ans de travaux forcés le jeudi 25 mars dernier Michel Djamba et Delphin Kampayi, respectivement Inspecteur général de l’EPST et Directeur du Service de contrôle de la paie du personnel enseignant (SECOPE). Ils ont été reconnus coupables de détournement des deniers publics.

Des responsables de la gestion des fonds alloués à la riposte contre la Covid-19 sont mis en accusation par l’Inspection Générale des Finances (IGF) à l’issue d’une enquête qui remet en cause plusieurs personnes, dont des membres du Gouvernement sortants impliqués dans la chaîne de dépenses. D’après des sources judiciaires, le Ministre de la Santé publique Eteni Longondo est parmi les personnalités soupçonnées de malversations financières pour, notamment, surfacturation de soins et de services aux malades. Toujours dans ce même rapport, son collègue des Finances est aussi indexé. Il est cité pour avoir notamment ordonné le paiement de dépenses non facturées, selon une source proche de l’enquête. D’autres personnes soupçonnées sont, soit responsables à la Banque Centrale du Congo (BCC), soit responsables de services rattachés au Gouvernement, toujours selon nos informations.

À ce jour, 205 millions de dollars américains demeurent injustifiés sur les 285 millions USD décaissés pour la mise en œuvre du projet relatif au Parc Agro industriel de Bukangalonzo. C’est ce qu’a annoncé l’Inspecteur général des finances (IGF) le mercredi 18 novembre 2020, au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue à Kinshasa. Conférence au cours de laquelle il était principalement question de rendre public les conclusions des enquêtes initiées sur la gestion des fonds alloués au Parc agro industriel de Bukangalonzo. 6 personnes sont pour l’instant identifiées comme responsables de la débâcle dont 3 couverts par les immunités parlementaires.

Stéphie MUKINZI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU