l'info en continu

La justice suisse ouvre une enquête pour corruption autour des activités de Glencore en RDC

- Publicité-

D’après un article publié par l’agence britannique Reuters le vendredi 19 juin, consulté par Politico.cd, le bureau du Procureur Général de la Suisse aurait ouvert une enquête criminelle sur le mineur et commerçant de marchandises Glencore (GLEN.L) au sujet d’allégations selon lesquelles, il n’aurait pas mis en place de mesures pour prévenir la corruption en RDC.

« La multinationale basée à Londres et cotée à Londres, qui fait l’objet de diverses enquêtes internationales, a déclaré qu’elle coopérerait avec l’enquête, mais a refusé de commenter davantage.« , d’après l’agence.

- Publicité-

Vendredi, comme nous le relate Reuters, le Bureau du Procureur Suisse a déclaré avoir ouvert la procédure pénale contre Glencore ce mois-ci, mais qu’il n’a pas été possible de prévoir le calendrier ou le déroulement de l’affaire. « Les procureurs ont ouvert des enquêtes contre des  »auteurs inconnus » après avoir reçu une plainte en 2017 pour suspicion de corruption d’agents publics étrangers, a indiqué le Bureau.« , rapporte l’agence britannique.

Cet article révèle également que Glencore fait parallèlement face à des enquêtes sur la corruption et les pots-de-vin de plusieurs autres entités, dont le ministère américain de la Justice et le Serious Fraud Office britannique. Et que celle-ci a déclaré pouvoir coopérer dans toutes les procédures. « Les autorités réglementaires du Canada ont infligé une amende à une filiale contrôlée par Glencore en 2018 après des allégations de divulgation financière inadéquate en RDC.« , renseigne la source.

Et quant aux interrogations sur l’ancien partenaire Israélien, à la source d’indiquer que Glencore extrait du cuivre et du cobalt du Congo, où ses liens avec l’ancien partenaire et homme d’affaires milliardaire israélien Dan Gertler ont fait l’objet d’un examen minutieux. « Gertler a été sanctionné par les États-Unis en 2017 pour des allégations selon lesquelles il aurait utilisé son amitié avec l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila, pour conclure des accords d’exploitation minière.« , a renseigné Reuters.

Lesquelles allégations, d’après l’agence Reuters, ont tout simplement été niées, à l’époque, pour cause de leur irrégularité. « Le ministre des Mines du Congo Willy Kitobo Samsoni et un porte-parole de la présidence n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter. », a mentionné ce média.

Le média britannique souligné la grandeur du Congo dans sa production mondial incontesté du Cobalt, dont il occupe la pol position, lequel est utilisé dans les batteries des véhicules électriques. Et qu’il est le plus grand mineur de cuivre d’Afrique. « Le haut gradé de Glencore devrait se retirer cette année après des années de leadership sous la direction du PDG sud-africain Ivan Glasenberg. », partage-t-il.

Hervé Pedro

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. We know that corruption in DR.CONGO is to much but let Justice take place otherwise Canada and Swiss stay home never come in DRC, Those in Congo are also human we don’t want to beg for help it will be better we exchange our ressources on the right way not in your so called relaton.
    Our country have suffered a lot they deserve also to be happy

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :