mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,631
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
230
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
10,129
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 10:02 10 h 02 min

Thierry Taeymans échappe aux poursuites en RDC

Arrêté et détenu avant d’être libéré provisoirement, Thierry Taeymans, l’ancien directeur général de la Rawbank, au cœur de la saga judiciaire autour du programme de 100 jours de Félix Tshisekedi, n’est pourtant, jusqu’alors, pas poursuivi.

- Publicité-

Le procès de Vital Kamerhe et des autres co-accusés reprend lundi à Kinshasa. Le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, désormais remplacé, est poursuivi pour détournement de deniers publics et corruption aux côtés de l’homme d’affaire libanais Jammal Samih et d’un fonctionnaire à la présidence congolaise, Jeannot Muhima. Toutefois, dans le banc des accusés, un homme manque à l’appel. Il s’agit de Thierry Taeymans, ancien directeur de Rawbank, plusieurs fois cité dans ce dossier.

En effet, au tout début des enquêtes, la justice avait fini par mettre rapidement la main sur ce banquier belge.  Le 12 mars 2020, le Parquet de Matete convoque Thierry Taeymans pour l’interroger au sujet des transactions et des transferts en lien avec Jammal Samih et le gouvernement congolais dans le cadre d’un projet du programme d’urgence de 100 jours. Le Directeur général de la Rawbank finira arrêté. Il est alors placé en détention, puis transféré à la prison centrale de Kinshasa.

Taeymans paie 35 millions à la justice

Selon l’accusation, Jammal Samih, patron de Samibo Congo Sarl et Husmal SARL, a reçu du Trésor public la somme de 47 millions de dollars pour la construction des logements sociaux dans le cadre du programme de 100 jours du président Tshisekedi. Cependant, cet argent est introuvable dans le circuit bancaire de la Rawabank. La justice reproche dès lors à Thierry Taeymans, Directeur général de la Rawbank à l’époque des faits, le paiement en liquide de ces 47 millions de dollars et toute une série de violations des lois bancaires en RDC.

Le 20 mars, Thierry Taeymans est libéré. Mais non sans « coopérer » avec la justice. Ainsi, selon des informations de POLITICO.CD, la libération du banquier belge s’est faite dans des conditions strictes. Outre le paiement d’une caution de 10.000 dollars américains, il s’est notamment engagé à coopérer avec la justice dans le dossier concernant l’homme d’affaires libanais, Jammal Samih.  Selon deux sources judiciaires proches du dossier, Thierry Taeymans s’est engagé, au nom de sa banque, à rembourser au Trésor public la somme de 35 millions USD présumée disparue. En outre, la Rawbank devra rembourser au Trésor public l’argent perçu par le Libanais Jammal « si les travaux ne sont pas achevés par son client ».   

Par ailleurs, ce « dépôt » de 35 millions de dollars est confirmé par le ministre en charge de la justice, Célestin Tunda Kasende. Dans une lettre envoyée au Procureur général près la Cour d’appel de Gombe et celui de Matete le 1er avril 2020, le vice-Premier ministre congolais confirme en effet que Thierry Taeymans a payé au Trésor Public la somme de 35 millions de dollars « à titre de garantie ».

Taeymans a-t-il négocié?

Aujourd’hui, la justice poursuit Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, dans le cadre de ce même dossier. Mais également Jammal Samih et Jeannot Muhima. Le président de l’UNC et le libanais sont en prison. De son côté, Thierry Taeymans est en liberté provisoire. Mais le banquier belge n’est nullement inquiété par la procédure en cours.  Par ailleurs, il n’est, jusque-là, même pas convié en tant que témoin, alors qu’une dizaine de personnalités, dont des ministres, d’anciens ministres, des membres du comité de gestion du programme de 100 jours… sont citées à comparaître.

Du côté de l’accusation, on affirme que le procès ne vient que de commencer. « Il est trop tôt pour commencer à dire tel ou tel est exempté. On suivra l’évolution des choses. Mais tout ce que je peux vous rassurer, nul ne pourra se soustraire à la justice », explique une source judiciaire.   

D’autres sources évoquent cependant un « marché » entre Thierry Taeymans et la justice congolaise. « C’est en effet très étrange de voir la justice écarter toute poursuite contre lui, alors qu’il est au cœur de l’affaire. N’oubliez pas que la justice dans ce pays reste celle des riches. En plus des 35 millions payés, Taeymans a surement obtenu le fait qu’il ne soit pas poursuivi », explique un cadre politique, proche de la coalition du président Félix Tshisekedi.

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...