Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,764
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
3,171
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
512
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
81
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min

RDC: Le port de Banana, l’autre pomme de discorde entre Kabila et Tshisekedi

La coalition au pouvoir en République démocratique du Congo entre le Président Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila bat de l’aile un an à peine après le début de leur alliance. Plusieurs dossiers politiques les divisent, mais il y a également des questions économiques, dont une, et non la moindre, qui risque de compliquer encore les relations entre les deux camps. Celui de la construction du port en eaux profondes à Banana.

En mars 2018, l’opérateur portuaire dubaïote DP World annonce avoir remporté une concession de 30 ans pour le port en eaux profondes de Banana, le premier du pays, et prévoit d’investir 350 millions de dollars dans la première phase de développement de ces infrastructures. Une concession de 30 ans avec possibilité d’extension de 20 ans pour la gestion et le développement du port en eaux profondes de Banana, le premier du pays.

Ce port, situé sur la côte atlantique de la RDC, comprendra un quai de 600 mètres et des terre-pleins de 25 hectares d’une capacité de conteneur de 350 000 EVP (pour unités « équivalents vingt pieds, une unité de mesure standard pour les conteneurs) et de 1,5 million de tonnes pour les marchandises générales », d’après le communiqué de DP World. La construction de ce port devrait commencer en 2018 et durer 24 mois.

Le communiqué précise que « l’investissement initial de 350 millions de dollars sur 24 mois et tout autre investissement supplémentaire dépendra de la demande du marché », le coût total des travaux pour le développement de ce port étant estimé à plus d’un milliard de dollars. Ce contrat signé avec le pouvoir de Joseph Kabila questionne tant à Kinshasa qu’ailleurs.

Officiellement, le contrat signé stipulerait que l’opérateur portuaire dubaïote va créer une co-entreprise, qu’il possédera à hauteur de 70 %, avec le Gouvernement congolais, qui disposera d’une participation de 30 %, qui sera chargée de gérer et d’investir dans les infrastructures portuaires de Banana.

Tshisekedi veut tout renégocier

Toutefois, Joseph Kabila quitte le pouvoir en janvier 2019. A son arrivée, Félix Tshisekedi semble aller dans le sens de maintenir le projet. Le Président congolais annonce même en novembre 2019 le début prochain des travaux de construction de ce port en eaux profondes. «Nous allons très bientôt signer le contrat pour la construction du port en eaux profondes de Banana. Les discussions sont très avancées, les partenaires sont là. Et nous allons avancer avec», a-t-il déclaré lundi soir devant des milliers de membres de la diaspora congolaise réunis aux docks d’Aubervilliers, au nord de Paris.

Cependant, dans son adresse à la Nation vendredi 13 décembre 2019, devant les deux Chambres du Parlement réunies en Congrès, le Président annonce «la signature» imminente d’un accord autour de ce projet, alors que tout aurait été signé durant le mandat de Joseph Kabila. Car
entre-temps, Félix Tshisekedi entame, dans les coulisses, des manœuvres pour renégocier ce contre avec DP World. Car selon des révélations des lanceurs d’alertes, le contrat signé sous Joseph Kabila serait entaché d’irrégularités.

La Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF) affirme que kabila et ses proches-seraient les principaux-beneficiaires du projet de port de Banana. Dans un rapport accablant, la plateforme dit avoir a été approchée par des lanceurs d’alerte ayant suivi les négociations entre le Gouvernement de la RDC et DPW. Le contrat que s’apprêteraient à signer le Gouvernement de la RDC et DPW pour la construction et l’exploitation du port de Banana est supposé créer une structure de sociétés permettant l’enrichissement personnel des individus politiquement exposés, dont le Président congolais Joseph Kabila», accuse-t-elle dans son rapport.

L’ombre de Bolloré

Selon Africa Intelligence, des discussions sont en cours entre le cabinet de Félix Tshisekedi et des officiels de DP World. Assistée d’avocats du bureau parisien du cabinet britannique Holman Fenwick Willan (HFW), qui ont fait le déplacement à Kinshasa, la partie congolaise négocie les modalités d’un avenant au contrat signé le 23 mars 2018 par la Présidence de Joseph Kabila avec l’opérateur portuaire émirati», explique le média. Confié à Alexandre Kayembe de Bampende, conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge des infrastructures, l’examen du texte a mis en exergue une série de dispositions du contrat susceptibles, selon l’exécutif congolais, de nuire aux intérêts de la RDC.

La coalition de Joseph Kabila voit bien évidemment d’un mauvais œil cette « renégociation ». D’autant plus que le nom de Bolloré , recalé par Kabila, fait surface dans ce dossier. En visite en France en novembre dernier, le Chef de l’Etat congolais aurait rencontré l’homme d’affaires français, dans des échanges qui auraient tourné autour de ce projet de Banana. Par ailleurs, selon Africa Intelligence, de passage à Paris en janvier, le Vice-Ministre du plan Freddy Kita Bukusu s’est entretenu avec Cyrille Bolloré, le PDG du Groupe français Bolloré, qui a fait part de son intérêt pour le dossier.

- Publicité -

5 Commentaires

  1. Mais pour moi j’ai du mal lorsque le président de la République veut renégocier sur ce dossier de la construction du port debanana c’est comme s’il n’as l’information de boloré ? Qu’il demandé au sénégalais comme ce dernière s’enrichit sans donne de ma valeur aux autochtones,c’est pourquoi le phénomène saut de mouton et autres marché mal renégocié aujourd’hui commence à discrédite son cabinets.

  2. La RDC N’est pas une propriété de Kabila , si le gouvernement actuel et les partenaires du pays voient que l’accord pour la construction de ce port n’est pas profitable pr les congolais ; il faut changer à tout prix c dernier enfin que cela puisse profiter aux enfants du pays.

  3. Tout régime politique tente toujours de placer ses hommes pour bénéficier d’un projet qu’il signe. Le projet doit évidemment être avant tout pour l’intérêt national. Mais le régime antérieure n’a pas pu faire démarrer les travaux, le nouveau régime réfléchira deux fois avant de s’y lancer. Quitte au sortant de le convaincre. Il ne faudrait pas non plus faire traîner le lancement du Port en eau profonde de Banana au profit du Pont Route Rail décrié par les populations de l’Ouest de la République.

  4. Tous sommes dans l’attente du lancement de cette construction du port en eau profonde de banne, un projet qui sera beaucoup plus bénéfique pour notre pays la RDC. Si il se pose un problème quant au contrat signé entre l’entreprise exécutante et l’ancien régime, le mieux à faire est d’analyser et renégocier si possible ; au contraire en cas d’un floux persistant, donner le marché à une autre firme afin de permettre au pays de se retrouver au lieu que certains individus continue à croire que le pays est leur bien privé qu’ils doivent se partager comme ils le veulent, qu’ils arrêtent de rêver.

  5. Ne jamais hypothéqué une portion de terre de vos ancêtres,1 milliards de dollars pour la construction du Port la RDC pourrait seule la réalisé,il suffit de bien géré les recettes du trésor public pour une durée de deux ans , Vous pourriez seul réaliser ce projet Mon Excellence Président Félix.Ce contrat de gré à gré ne le signe pas car nous peuple nous ne sommes pas trop pressé pour un changement direct mais vas plutôt lentement et surement pour atteindre vos objectifs Mr le Président.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...