27 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards

mercredi, avril 1, 2020
Publicité

Luanda Leaks, des graves révélations qui éclaboussent le duo Dokolo-Dos Santos

C'est une enquête géante menée par 36 médias d'envergures qui met à nue l'activiste congolais et homme d'Affaires Sindika Dokolo, mais beaucoup plus, son épouse Isabel Dos Santos, fille de l’ancien président angolais. L’enquête du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) révèle les montages financiers opaques mis en place par la fille de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos afin de s’accaparer l’argent de sociétés publiques du pays. POLITICO.CD revient sur quelques passages de ce grand dossier.

C’est une incroyable enquête, menée par le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) qui déballe ici l’activiste congolais et homme d’Affaires Sindika Dokolo et son épouse Isabel Dos Santos , la fille de l’ancien président angolais. Plus de 750.000 documents, 350Go de données piratées des ordinateurs des avocats de deux dignitaires angolais révéleraient les montages financiers opaques mis en place par la fille de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos afin de s’accaparer l’argent de sociétés publiques du pays, en complicité avec son mari congolais.

Les 36 médias internationaux membres du consortium, parmi lesquels la BBC, le New York Times ou Le Monde, ont mobilisé 120 journalistes dans une vingtaine de pays pour exploiter une fuite de 715.000 documents et révéler “comment une armée de sociétés financières occidentales, d’avocats, de comptables, de fonctionnaires et de sociétés de gestion ont aidé” cette femme de 46 ans “à cacher des avoirs aux autorités fiscales”.

- Publicité-

Le 30 décembre dernier, la justice angolaise a en effet saisi les comptes bancaires et gelé les actifs d’Isabel dos Santos et de son mari, Sindika Dokolo. La fille de l’ancien président angolais est suspectée d’avoir détourné plus d’un milliard de fonds publics durant le règne de son père José Eduardo (1979-2017), en s’appropriant tout un pan de l’économie angolaise.

Mais bien avant cela, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) avait contacté le gouvernement angolais pour lui poser une série de questions sur les opérations commerciales d’Isabel dos Santos. Car depuis plusieurs mois, plus de 120 journalistes de 36 médias collaborent au sein de l’ICIJ sur une vaste enquête autour de la fortune d’Isabel dos Santos. Cette investigation, baptisée Luanda Leaks, se base sur une fuite de plus de 715.000 documents financiers et commerciaux confidentiels, tels que des courriers électroniques, des contrats, des audits, des listes de clients, des factures, des documents fiscaux et des accords de prêt bancaire. Le plus vieux document de cette fuite date de 1980.

Dans cette mine d’informations, on tombe sur quelques pépites. Par exemple : le détail des frais de rénovation du penthouse d’Isabel dos Santos à Lisbonne, acheté 2,5 millions de dollars. Avec une facture de 50.000 dollars pour des rideaux neufs, et 9.200 dollars pour l’achat de chaises longues. Une autre pièce des Luanda Leaks indique qu’Isabel dos Santos et son mari ont utilisé une société écran maltaise pour acheter un appartement de 55 millions de dollars à Monte Carlo, surplombant la Méditerranée.

L’enquête de l’ICIJ révèle entre autres que des sociétés de conseil occidentales, telles que PwC et Boston Consulting Group, ont “apparemment ignoré les signaux d’alarme”, en aidant la “Princesse de Luanda” à cacher des biens publics. L’investigation s’appuie sur des lettres censurées qui montrent comment de grands noms chez les consultants, tels que Boston Consulting ou KPMG, ont cherché à lui ouvrir des comptes bancaires non transparents.

Début janvier, la justice portugaise a elle aussi annoncé l’ouverture d’une enquête sur la femme d’affaires, qui détient des intérêts dans de nombreuses entreprises du pays, pour blanchiment d’argent public. “Monaco a fait de même récemment pour les mêmes motifs”, selon Le Monde.

- Publicité -

EN CONTINU

RDC: La DGM accuse l’Autorité de l’Aviation Civile d’avoir violé les mesures de Tshisekedi

Dans une lettre référencée N°06/DGM/DG/703/020 du 27 mars 2020 adressee au Directeur de l'Autorité de l'Aviation Civile dont une copie est parvenue...

Kasaï Oriental : 19 personnes mises en quarantaine après le passage d’une patiente décédée du Coronavirus

Dix-neuf (19) personnes ont été mises en quarantaine dans une structure médicale suite à leurs contacts avec une femme en provenance...

RDC: Condamné à 5 ans des travaux forcés, Oly Ilunga décide de se pourvoir en cassation

Le collectif des avocats du Dr Oly Ilunga, ancien ministre de la Santé publique condamné à 5 ans de travaux forcés, a...

Covid-19: les États-Unis ont formé 300 épidémiologistes congolais

Le Gouvernement américain, par le biais de son ambassade en RDC, affirme avoir déjà formé 300 épidémiologistes congolais qui sont capables d’assumer...

Covid-19: Delly Sessanga renonce intégralement à ses émoluments d’avril à décembre 2020

Le député national et président du parti politique Envol, Delly Sessanga, a décidé de renoncer intégralement à ses émoluments d'avril à...

notre sélection

Le ministre Molendo Sakombi n’a pas le Coronavirus!

Contrairement à des rumeurs répandues dans la journée du lundi à travers les réseaux sociaux en République démocratique du Congo, le ministre...

RDC: Condamné à 5 ans de prison, Oly Ilunga dénonce des “poursuites judiciaires politiquement engagées “

L'ancien ministre de la Santé, Oly Ilunga, dénonce des vices de procédure dans l'arrêt rendu le 23 mars 2020 par la...

RDC: Inauguration de la Clinique de Panzi du Dr Mukwege à Kinshasa

L'inauguration consacre la promesse du premier prix Nobel congolais au développement d’un nouveau One Stop Center dans la capitale congolaise de plus...