Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

jeudi, juin 4, 2020
DRC
3,644
Personnes infectées
Updated on 4 June 2020 à 13:31 13 h 31 min
DRC
3,071
Personnes en soins
Updated on 4 June 2020 à 13:31 13 h 31 min
DRC
495
Personnes guéries
Updated on 4 June 2020 à 13:31 13 h 31 min
DRC
78
Personnes mortes
Updated on 4 June 2020 à 13:31 13 h 31 min

Fridolin Ambongo et ses vérités qui dérangent chez Tshisekedi

Alors que le président Félix Tshisekedi s'amourache de Paul Kagame depuis son arrivée au pouvoir, le cardinal Fridolin Ambongo s'est lancé dans une série des déclarations qui risquent de réveiller la rwandophobie dans le pays, remettant en cause la volonté du voisin de la RDC à faire la paix.

Le Cardinal Fridolin Ambongo a fait une sortie médiatique vendredi 03 janvier à Kinshasa sur la situation sécuritaire à l’est de la République démocratique du Congo d’où il revenait d’une visite après les manifestations des populations contre la mission onusienne en RDC.

Ses observations rapportées dans la capitale congolaise ont créé un électrochoc dans l’opinion publique qui ne cessent de déverser des opinions contradictoires. Les sujets fâcheux, ce sont principalement le plan de balkanisation et le déversement des populations en RDC par les pays voisins : Rwanda, Ouganda, Burundi ; l’incapacité de l’armée congolaise à mener une guerre contre ces pays voisins.

Ce diagnostique aura été un coup de point direct à l’estomac qui choc, fait mal. Non pas parce qu’il forcément faux, mais parce qu’il assez cruel par sa nature. Parce qu’en réalité, les questions soulevées par Fridolin Ambongo, ne sont que du réchauffé. Des vérités dites de notoriété publique.

La guerre de peuplement

En théorie, le contraste territorial et les frontières artificielles qui existent entre la RDC et ses deux voisins tant cités, le Rwanda et l’Ouganda, font le lit à un conflit territorial entre ces 3 pays, car les deux États lilliputiens confrontés à des problèmes démographiques seront constamment amenés à définir leur espace vital en dehors de leurs frontières conventionnelles, c’est-à-dire en RDC, tout en donnant un devoir constant à ce pays continent de sécuriser ses frontières pour empêcher aux Rwanda Ouganda d’arriver à leurs fins d’occupation. C’est au moins ce que soutient Raymond Ratzel.

En pratique, à défaut dune sécurisation maximale des frontières congolaises, les attaques des villages du Nord et du Sud-Kivu par les groupes armés que le Rwanda et l’Ouganda soutiennent, vident complètement ces villages de leurs populations, et sont toujours suivies de la réoccupation de ces mêmes villages par des populations dans un nouvel ordre de cohabitation. Des témoignages faisant état des autochtones qui se retrouvent avec un nouveau voisin qu’ils n’ont jamais connu au paravant existent encore.

Dans la plupart de cas, ces nouveaux voisins, illustres inconnus, se sont identifiés à une tribu dont l’authenticité n’a jamais fait l’unanimité, car parlant le Kinyarwanda et ne figurant pas dans le répertoire des tribus établies en RDC que le colon belge a dressé en 1959 avant son départ : la « tribu » de Banyabwisha.

Cette dernière qualifiée jadis de minoritaire et située à Bwisha dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, s’étend pourtant au fil des années à Béni, Ituri et Sud-Kivu, par une croissance démographique un peu en déphasage avec celle liée aux taux de natalité et de mortalité connus. C’est un peu cette vérité connue qu’a voulu expliquée Fridolin Ambongo sans donner de détails.

Les FARDC, fortes pour une guerre sur deux fronts ?

L’entrée de l’AFDL en RDC a consacré l’entrée des rwandais et ougandais dans l’appareil sécuritaire de la République démocratique du Congo. Les demandes pressantes des élus et des populations du Kivu au pouvoir de Kinshasa de procéder à des mutations des officiers FARDC de l’est pour établir une nouvelle chaîne de commandement des troupes, démontrent à suffisant les fissures qui existent au sein de l’armée congolaise.

D’ailleurs, la dernière décennie a été marquée par les disparitions des officiers comme le Colonel Mamadou Ndala et le Général Bahuma, donnant le goût d’une punition pour avoir défait l’ennemi sur terrain. C’est ce que Fridolin Ambongo a qualifié en ses termes d' »infiltration « . C’est-à-dire, comment combattre des États qu’on soupçonne d’avoir si pas un contrôle mais des informations sur le fonctionnement de l’armée congolaise, en complicité avec certaines personnalités politiques congolaise ?

Ce sera une guerre perdue d’avance. Sans compter l’état actuel de l’économie congolaise, sensée soutenir cette guerre. Toute guerre est avant tout économique.

Somme toute, l’archevêque de Kinshasa n’a en quelque sorte que rapporté fidèlement les informations en sa possession sur la guerre de l’est pour éveiller la conscience collective. Le communiqué des FARDC publié dans la soirée de samedi 4 janvier n’a fait qu’étayé ses propos. Comme d’ailleurs les noms des politiciens, militaires et hommes d’affaires congolais impliqués dans cette guerre, que les ADF capturés ont révélé à l’armée congolaise.

- Publicité -

5 Commentaires

  1. il est impératif de faire une commission indépendante pour trouver une solution dans l’immédiat,sans l’interférence de KABILA dans le débat ni sa présence et de ses bandes des intrus. vous devrez savoir aussi le cabinet de la presidence de la république est lié à KIGALI.

  2.  »Fridolin Ambongo et ses vérités qui dérangent chez Tshisekedi »
     »Alors que le président Félix Tshisekedi s’amourache de Paul Kagame depuis son arrivée au pouvoir, le cardinal Fridolin Ambongo s’est lancé dans une série des déclarations qui risquent de réveiller la rwandophobie dans le pays, remettant en cause la volonté du voisin de la RDC à faire la paix. »
    Un journaliste comme vous doit apprendre a dire la verite et revvoir le texte avant de le publier. Dans votre texte on ne sait pas voir ces  »verites » qui derrangent chez Tshisekedi et vous oubliez que c’est ce meme Tshisekedi qui a installe le Quartier General des FARDC a l’Est pour pacifier ce pays.  »Le president Felix Tshisekedi s’amourache de Paul Kagame »: Il faut etre impbecile pour ecrire de telles sornettes en omettant le pourquoi de ces voyages.

  3. Le Congo Kinshasa est victime d’un plan de balkanisation. Ce plan est est entretenu à l’interne comme à l’extérieur du pas. Au lieu de nous ctitiauer voyons la vérité en face. Nous qui sommes à l’est du pays et en contact permanent avec les enseignants de nationalité congolaise qui donnent cours au Rwanda sommes suffisamment informés de ce que le Rwanda veut. Dans le cours d’histoire et de géographie enseignés au Rwanda, la carte géographique du Rwanda prend le nord et le sud-kivu. Pour ceux qui connaissent la ville de Bukavu, à Muhumba dans la commune d’Ibanda, il y a un baobab à une place appelée KIMUTI, et à CIRIRI/Kadutu, il y a aussi un grand baobab; ils disent que ce sont leux ancêtres qui les avaient plantés. Leurs ancêtres ont été chassés et les belges n’avaient pas tenus compte de tous ces aspects lors de la fixation des frontières. Nous face à un plan bien organisé et soyons vigilants. Laissons les polémiques sur les réseaux sociaux et travaillons pour le Salut de notre cher et beau pays.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...