RDC: Intercepté à Bruxelles, Katumbi dénonce un énième acharnement

Dans un communiqué publié vendre, l’opposant congolais Moïse Katumbi s’explique sur son interception mercredi dernier à Bruxelles pour un problème de passeport. Partager :FacebookX

PH.DR.: Moise Katumbi devant l'ambassade du RDC Congo

Selon le président de « ENSEMBLE », il s’agissait d’un problème lié à son passeport semi-biométrique, qui aurait été retiré du système. « Ce mercredi 13 juin, de retour d’Israël, le Président Moise Katumbi s’apprêtait à se rendre à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du Monde de Football à Moscou. Lors des vérifications d’usage d’entrée au Royaume de Belgique, les services aéroportuaires ont constaté que bien que disposant de visas en cours de validité, le passeport semi-biométrique du Président Moïse Katumbi avait été retiré du système« , explique-t-il dans ce communiqué parvenu à POLITICO.CD.

« Après qu’ils ait pris contact avec les Affaires Etrangères et l’Office des Etrangers, le Président Moïse Katumbi s’est vu immédiatement octroyer un permis de séjour. Il convient de saluer la diligence avec laquelle les autorités du Royaume de Belgique ont trouvé solution à ce problème« , note-t-on.

Les autorités congolaises avaient décidé l’année dernière de retirer les passeports semi-biométriques de circulation, imposant aux citoyens congolais une version biométrique. Les détenteurs de tout passeport non conforme ont été priés d’entamer les démarches pour régulariser leur situation. En février dernier, Moïse Katumbi, qui vit en exile depuis 2016, s’est rendu à l’Ambassade de la RDC à Bruxelles, sans qu’il n’obtienne le nouveau passeport. A l’époque, les autorités congolaises affirmaient qu’il « faut que Kinshasa étudie le dossier ».

De son côté, Katumbi pense que l’incident dont il a été victime à Bruxelles illustre « l’acharnement continu du pouvoir » contre sa personne.