Des ONG appellent à l’arrêt “immédiate” des poursuites contre Katumbi et à l’application de l’accord de la CENCO

Lire à la une

14 nouveaux cas d’Ebola confirmés dans l’Est de la RDC

Selon le dernier bulletin épidémiologique daté du jeudi 16 janvier, les cas confirmés ont été signalés dans...

RDC : Félix Tshisekedi: “Le Go Pass n’est pas foncièrement mauvais. Mais le but est de savoir ce que l’on en fait”

Le Chef de l'Etat congolais, Félix Tshisekedi, lors d'une interview accordée à la Radio Vatican, a promis...

La RDC et le Saint-siège ratifient l’accord-cadre sur des questions d’intérêt commun

Ce vendredi 17 janvier 2020, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, et le Président congolais...
- Publicité-

Ce collectif des ONG congolaises appellent, dans leur communique,  Joseph Kabila à nommer le Premier ministre qui lui sera présenté par le Rassemblement, de faire abandonner des poursuites judiciaires contre les opposants, Moïse Katumbi et Gabriel Kyungu Wa Kumuanza, de faire liberer aussi Eugene Diomi Ndongala et Jean-Claude Muyambo, enfin, de promulguer les lois sur les modalités pratiques de l’exercice de la liberté de manifestation, et de l’accès a l’information, pour améliorer la situation dégradée.

La CRC exige du gouvernement Samy Badibanga, l’application de toutes les mesures de décrispation consignees dans l’accord du 31 décembre, de rétablir le signal de Nyota television, Mapendo, RTL, comme celui de RFI. Ce gouvernement, selon elles, doit par ailleurs s’abstenir de toute instrumentalisation de la justice contre les opposants et les leaders d’opinions et accepter aussi qu’une enquête indépendante sur les tueries dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, même celles des Kasaï où sévit le phénomène Kamuna Nsapu.

A ces acteurs nationaux, les activistes des droits de l’homme en RDC ajoutent les acteurs internationaux qu’ils appellent “Communauté internationale” à qui ils demandent d’exercer une pression constante sur le President de la République et le gouvernement, pour la mise en application de l’accord global et inclusif du Centre interdiocésain.

Le communiqué

- Publicité -

3 Commentaires

  1. La tete corrompue ne reflechit plus . Me kapiamba qui ne reconnait pas Badibanga en tant que premier ministre demande à celui ci d’arreter les poursuites contre Katumbi. Attendez le premier ministre du rassemblement qui ne pourra qu’exécuter ca. l’argent de katumbi corrompt et viole votre intelligence

  2. Ces ONG ont quoi comme Appui pour faire respecter leur s réclamations ? Sinon ce ne sont que des bruits non sens.
    Ni kabila,ni badibanga,personne n’à peur de vs.ni tenir compte de votre message et votre existante. Kabila avait peur seul de Étienne tshisekedi
    même la cenco ,pour kabila c”est un petit parasite qu’on boire avec de l’eau sans s”apercevoir.il faut d’abord chercher un soutien pour faire respecter vos veto.

  3. Me kapiamba ignore que la justice existe en Rd congo , cette justice qui a constaté les infactions dans le chef de Mr katumbi

Comments are closed.

- Publicité-

Les + récents

Félix Tshisekedi apporte de nouveau son soutien son “allié” Vital Kamerhe: “il ne faut pas nous diviser”

Devant la diaspora congolaise de Londres ce dimanche, le président Félix Tshisekedi a apporté une nouvelle fois...

Félix Tshisekedi menace ses alliés du FCC de dissoudre l’Assemblée nationale “s’ils multiplient des crises”

Arrivée au Royaume-Uni ce dimanche pour prendre notamment part au Sommet de Londres sur les investissements en Afrique, le président Félix Tshisekedi...

Kwilu: Deux morts enregistrés à la prison centrale de Bandundu Ville

Deux morts ont été enregistrés en seulement trois jours dans la prison centrale du cinquantenaire à Bandundu dans la province du Kwilu,...

Ministère du CMPMEA: Les entreprises à capitaux étrangers dans le secteur minier appelées à réserver la sous traitance aux nationaux

Le ministre des Classes moyennes, petites et moyennes entreprises et artisanat (CMPMEA), Justin Kalumba Mwana Ngongo a décidé que désormais toutes...

Afrique du Sud: La communauté congolaise dit non à la nouvelle mesure interdisant les réfugiés d’exercer une activité politique

Depuis le 01 janvier 2020, l'Afrique du Sud a promulgué une nouvelle loi qui interdit aux réfugiés et demandeurs d'asile vivant sur le sol sud africain à parler et à exercer toute activité politique sur le sol sud africain.

Dans l'actualtié

SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join