vendredi, octobre 2, 2020
DRC
10,729
Personnes infectées
Updated on 2 October 2020 à 18:06 18 h 06 min
DRC
274
Personnes en soins
Updated on 2 October 2020 à 18:06 18 h 06 min
DRC
10,183
Personnes guéries
Updated on 2 October 2020 à 18:06 18 h 06 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 2 October 2020 à 18:06 18 h 06 min

Lames de rasoir, couteaux et haches: comment les jeunes préparent le 19 décembre à Kinshasa

- Publicité-

A l’approche de la date fatidique du 19 décembre, à laquelle expire le mandat du président Joseph Kabila, et qui ne peut plus se représenter, la situation à Kinshasa demeure tendue, malgré l’ouverture jeudi des négociations directes entre le pouvoir et l’opposition.

Dans les quartiers pauvres de capitale congolaise, comme le relève ce reportage du journal Le Monde, des jeunes se préparent à descendre dans la rue. Pour la plupart, il s’agit surtout de « mettre fin à leur misère », en »chassant Kabila ».

Pour Paulin, qui habite Kingabwa, quartier défavorisé de la commune de Limete, la date butoir approche et pourrait, veut-il croire, changer son destin et celui de la République démocratique du Congo (RDC). Le « 19 », un chiffre devenu un symbole, un fantasme, un rêve ou une crainte. « On est prêt à libérer le Congo et je suis optimiste car je vois des Congolais déterminés à combattre pour le changement, la démocratie et des vies meilleures. On souffre trop », dit Paulin qui sourit lorsqu’on pointe son tee-shirt à l’effigie de Denis Sassou-Nguesso, qui dirige d’une main de fer, depuis trente-deux ans, le Congo-Brazzaville, de l’autre côté du fleuve. « Moi, je prends le tee-shirt, sans faire attention à ce qu’il y a dessus ».

Pendant que Joseph Kabila manœuvre, face à une opposition fissurée, pour se maintenir au pouvoir jusqu’à sembler consentir à l’organisation d’une élection en avril 2018, des millions de laissés-pour-compte rêvent de peser sur l’Histoire le « 19 ». En bottes et débardeur recouvert de boue, Noël, un voisin de Paulin surgi des eaux puantes d’où il extrait du sable, ne cesse d’y penser. Ce colosse de 34 ans aux yeux rougis par le whisky frelaté a vécu dix-huit ans à Brazzaville, d’où il a été expulsé avec femme et enfants comme des milliers d’autres kinois. Depuis cinq ans, il « souffre » à Kingabwa. « J’ai l’habitude de souffrir mais là, c’est trop. Les politiciens au pouvoir nous laissent mourir dans la misère, nous font du mal, gardent tout l’argent et nous laissent même pas des miettes, dit-il en faisant de grands gestes comme s’il se battait avec les esprits. Que les Occidentaux nous rendent Bemba, ils n’ont qu’à soutenir Tshisekedi ou Katumbi. Reprenez Kabila, qu’il parte loin du Congo. On est des millions à penser ça. »

Plus au sud, dans la bouillonnante commune de Matete, une grappe de jeunes retient l’attention. Pas seulement par leurs vêtements excentriques, leurs dreadlocks jaune fluo et leurs tatouages qui rappellent, pour certains, les visages des gangs maras du Salvador. Tout le monde semble les connaître et même les apprécier. Des vieux s’arrêtent pour les saluer comme on le fait pour des protecteurs. Les petits vendeurs de rue sont à leurs ordres. De charmantes jeunes filles entourent ces lascars d’Afrique centrale. Ce sont des kuluna, comme on appelle ici ces marginaux mués en violents criminels redoutés pour leur brutalité et leur aisance à manier la lame. Eux sont des membres de l’« écurie » CNPP, un nom de gang qui fait référence à l’hôpital psychiatrique de Kinshasa.

Comment perçoivent-ils le « 19 », ces petits gangsters aux poches débordant de lames de rasoir et de couteaux, machettes dans le sac à dos ? Ils sont parfois sollicités par des politiques pour renforcer les manifestants. « Si on vole, pille, agresse, c’est pour survivre et exprimer notre haine du pouvoir. L’actuel président ne nous aime pas, le pays doit changer, il faut le confier au vieux [Tshisekedi] qui ne cherchera pas à s’enrichir, dit Général 120, le chef de l’« écurie » CNPP. Si rien n’est fait le 19, ça va barder dans les quartiers et on est prêt à descendre en ville, on est prêt à tout. » Parole de kuluna.

Sauf que, du côté du pouvoir, on se dit aussi « prêt à tout » pour empêcher l’insurrection dont rêvent les quartiers populaires. Les forces armées ont démontré de quoi elles étaient capables lors des précédentes manifestations et de la tristement célèbre opération « Likofi » (« coup de poing », en lingala) menée entre novembre 2013 et février 2014 pour nettoyer la ville des kuluna. Le « nettoyage » avait plus de 50 morts, ce qui a récemment valu à plusieurs hauts gradés, dont le général Célestin Kanyama, chef de la police de Kinshasa, d’être placés sur la liste des sanctions américaines.

En savoir plus sur Le Monde Afrique

- Advertisement -
- Advertisement -

6 Commentaires

  1. En tout cas, cette histoire ne concerne pas seulement cette catégorie des personnes, tout congolais est prêt pour donner le meilleur de lui afin d’empêcher l’actuel président de briguer un troisième mandat et de mettre hors d’état de nuire ces charognards de politiciens.
    Congo Telema!!!

  2. Le peuple congolais est déterminé d’en finir avec le pouvoir de kabila.
    La police et services de sécurité de la rd congolais se trompent le 05 et 19 novembre c’étaient des meetings mais 19décembre sera un soulèvement populaire ou aucun service de sécurité ne peut contenir la foule de 80 millions des personnes, car dans le soulèvement populaire il y a aussi des militaires et policiers parmi la population.

    • Mon ami, tu rêve debout, suivez le dialogue c’est la seule voie pour une issue heureuse pour tous. Allez tailler des ongles, ou vous coiffer avec vos lames de razoir

      • Mr Jean, ce toi qui reve plutot, tu ignore que la constitution a tout prevu? ou etait ton president pour organiser les elections a de dates prevues par la constitution?
        laisser a nous distraire, ns allons decendre dans la rue

      • Jean,
        C’est toi qui rêve, un peuple clochardisé n’a rien à perdre. C’est exactement cela le gros danger pour la MP et le Rassemblement. On ne sait pas ce que ça va donner. Tous les politiciens seront débordés. Un vrai chaos en perspective à cause de J.Kabila et son clan qui ont un bilan catastrophique alors qu’ils sont au pouvoir voilà bientôt 20 ans.

  3. Si vous pouvez voir l’intérêt majeur du pays vous épargnerez le Zaïre de Mobutu de la catastrophe. Revenez à vos promesses référendaires de 2005, électives de 2006 et 2011 et réalisez ce que vous avez fait pour ce pays que osez maquiller avec oeuvres empoisonnées trop ventées. Est-ce que votre peuple peut-il vous faire confiance par l’établissement d’une oligarchie dans son pays? Avez – vous réalisé comment au vu et su de tous vous manipulez les institutions de l’état. A quelle école inscrivez-vous l’élite congolaise? Quelle démagogie en ce siècle, hommes sans pitié, ignorant le nombre de congolais mourant sur vos têtes et pour vos intérêts.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...