dimanche, octobre 4, 2020
DRC
10,752
Personnes infectées
Updated on 4 October 2020 à 5:09 5 h 09 min
DRC
266
Personnes en soins
Updated on 4 October 2020 à 5:09 5 h 09 min
DRC
10,212
Personnes guéries
Updated on 4 October 2020 à 5:09 5 h 09 min
DRC
274
Personnes mortes
Updated on 4 October 2020 à 5:09 5 h 09 min

Lambert Mende soutient l’interdiction de la marche du Rassemblement et s’attaque à l’ONU

- Publicité-

Alors que trois « experts » des droits de l’homme des Nations Unies ont hier appelé les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) à lever une interdiction « injustifiée » des manifestations dans la capitale, Kinshasa, le gouvernement congolais a pour sa part exprimé son soutien aux autorités de la ville-province de Kinshasa. Dans une communiqué publié ce vendredi 04 novembre, Lambert Mende Omalanga, Porte-parole et ministre de Communication et médias rappelle que «  la Constitution de la RDC garantit la liberté de manifestation publique en ce compris d’autres instruments juridiques internationaux auxquels notre pays a souscrit. »

« Tout en se félicitant de l’exercice effectif  cette liberté par diverses forces sociales et politiques nationales, le Gouvernement de la République rappelle qu’elle est soumise par la Constitution au respect de la loi qui en détermine les conditions notamment d’ordre public, de sécurité et des bonnes mœurs« , nuance toutefois le Ministre Mende. Pour lui: « le rôle des pouvoirs publics se situe par conséquent à la fois en amont et en aval dès lors que le droit de manifester et la sécurité publique ne sont guère antinomiques »

L’interdiction  de manifester a été imposée en septembre après les manifestations sanglantes du 19 et du 20 qui ont été brutalement réprimées par les forces de sécurité, faisant des dizaines de personnes mortes et blessées. Dans une communiqué publié lundi, le gouvernorat de la ville de Kinshasa rappelait l’interdiction de manifester dans la capitale congolaise.  L’arrêté de l’autorité urbaine interdit les manifestations publiques jusqu’en janvier 2017.

« En vue de garantir les conditions de tranquillité et de sérénité nécessaires à la vie en communauté, à la tolérance et à la consolidation des valeurs citoyennes et démocratiques, l’Exécutif Provincial de Kinshasa, sans préjudice de la liberté de manifestation consacrée dans la Constitution, et conformément à la loi sur les manifestations et réunions publiques en vigueur, rappelle à l’opinion sa décision du 22 septembre 2016 consistant à différer, jusqu’à nouvel ordre, sur toute l’étendue de la Ville de Kinshasa, tout rassemblement, toute manifestation à caractère politique étant donné que les organisateurs ne donnent aucune garantie quant à leur capacité de conduire, sans débordement, une manifestation sur la place publique« , annonce ce communiqué signé par le Vice-gouverneur de la ville Clément Bafiba.

Pour des experts de l’ONU, «Les droits à la liberté d’expression et à la liberté de réunion pacifique et d’association sont des droits fondamentaux garantis par le droit international. Ces droits ne peuvent être limités que dans des circonstances très précises et étroitement définies ».

« Il est clair que la situation actuelle en RDC ne justifie pas l’interdiction générale des manifestations dans certaines villes », ont déclaré M. Mainia Kiai, Rapporteur spécial sur les droits à la liberté d’association et de manifestation pacifique M. Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme et M David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection des libertés d’opinion et d’expression.

De son côté, la Police congolaise va dans le sens des autorités congolaises. Dans un communique parvenu hier après-midi à Politico.cd, le Porte-parole de la Police Nationale Congolaise (PNC) pour la ville de Kinshasa rappelle que son institution a reçu l’ordre de « faire observer l’interdiction de l’exercice de toute action à caractère politique non autorisée sur toute l’étendue de la ville de Kinshasa« .

En réponse aux experts de l’ONU, le Minsitre Mende affirme, toujours dans son communiqué, que « le Gouvernement souhaite que ses partenaires institutionnels Comme le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme s’efforcent de contribuer à la stabilisation du pays par le renforcement de l’autorité de l’Etat en s’abstenant d’entretenir toute forme de confusion quant à ce. »

Le communiqué du Ministre Mende

- Advertisement -

cwayjs2xcaabpnd

5 Commentaires

  1. Monsieur Lambert Mende un véritable dialogue inclusif aurait éviter tous ces discours.
    Qui a bu boira.
    Oza mukolo mais mbongo na vie éternel au pouvoir te soûl.

    Continuez de réprimer le peuple, ça finira par vous payer un jour.
    Quand le peuple a besoin de la sécurité vous n’intervenez pas.
    Vous payerez de vos bêtises.
    Vous vous rendez compte que c’est bien facile de gérer une guerre dont vous êtes complice, mais celle avec le peuple vous semble bien difficile.

    Boko Mona

    • Je pense c’est une bonne décision, puisque dans le contexte actuelle des choses ou les uns cherches à tout prix soulever le peuple et procéder à un coup d’État il vrai que des telles décisions sont à saluer

      • Un coup d’État? Sérieux? ? LOL. Jusqu’à présent on a eu droit à toutes sortes de commentaires, tant futiles qu’insensés, mais celui-là est le meilleur de tous! Je n’en reviens pas! Hahahahahaha. You made my Day! ?????????

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...