mardi, septembre 15, 2020
DRC
10,401
Personnes infectées
Updated on 15 September 2020 à 19:01 19 h 01 min
DRC
317
Personnes en soins
Updated on 15 September 2020 à 19:01 19 h 01 min
DRC
9,817
Personnes guéries
Updated on 15 September 2020 à 19:01 19 h 01 min
DRC
267
Personnes mortes
Updated on 15 September 2020 à 19:01 19 h 01 min

Brookings Institute: les Etats-Unis craignent un « scénario catastrophe » en RDC

- Publicité-

Une conférence sur la situation politique en République démocratique du Congo a été organisé par le Brooking Institute aux Etats-Unis, le 15 août dernier.  Des officiels américains et l’Ambassadeur congolais à Washington participaient à cette rencontre débat. Pour les officiels américains, la situation politique congolaise est alarmante.

« Le Congo est à un mois d’une crise constitutionnelle complète », s’est ainsi alarmé Anthony Gambino, ancien directeur à Kinshasa de l’USAID, l’agence humanitaire du département d’Etat américain, à l’AFP.

Les Etats-Unis suivent de près la situation en RDC, où le climat politique se tend à l’approche du 20 décembre, date du terme du second mandat du président Kabila, auquel la Constitution interdit de se représenter.

En mai, la Cour constitutionnelle a autorisé Joseph Kabila à demeurer à son poste si l’élection n’était pas organisée dans les temps. Un scénario de « glissement » qui semble de plus en plus probable. La Constitution dispose que « le scrutin est convoqué 90 jours avant l’expiration du mandat du président », soit le 19 septembre.

« Plus on se rapproche de ces dates butoirs, moins les bons scénarios sont plausibles et plus les mauvais sont probables », a renchéri Thomas Perriello, émissaire du département d’Etat pour l’Afrique des Grands lacs.

Les deux hommes participaient cette semaine à une conférence de l’institut Brookings sur la RDC, au côté de son ambassadeur à Washington, François Nkuna Balumuene.

« Si nous ne trouvons pas de solution négociée, ces scénarios extrêmement préoccupants pourraient se traduire par de la violence », a prévenu M. Perriello.

Du côté du gouvernement, on accuse « l’opposition et certains partenaires étrangers » de chercher à « utiliser la rue, une révolution de masse pour chasser le président Kaliba » et, alors, « personne ne sera en mesure d’assurer l’après-chaos ».

« L’implosion de la RDC doit être évitée à tout prix (…) Il n’y a aucun intérêt à créer une deuxième Libye en Afrique centrale », a averti l’ambassadeur de la RDC aux Etats-Unis.

- Advertisement -

M. Gambino lui a rétorqué que « la Constitution du Congo devait être respectée », que « la présidentielle devait avoir lieu, si ce n’est en 2016, le plus tôt possible en 2017 ».

Regarder la vidéo à cette adresse:https://www.c-span.org/video/?413965-1/discussion-focuses-political-situation-congo

Politico.cd, avec AFP.

 

2 Commentaires

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...